Joyeux Noel à Tous

Joyeux Noel à Tous  386426_315695728455537_100000453384990_1254731_1391988825_n-300x300
Conseil D’un Templier,
1. Au lever , où que tu sois , tu prieras ton Dieu et remerciera pour ta vie – la vie est un don sacré et tu est né(e) pour être libre et heureux(heureuse)
2. Tu protégeras les démunis , les orphelins , les marginalisés , car le Service est ta Voie.
3. Tu combattras pour la Compassion, la Justice et l’Équité ; tu travailleras à un monde meilleur où les contraires sont réconciliés.
4. Tu vivras simplement et partageras le surplus et souvent l’essentiel avec celles et ceux qui mendient et souffrent en ce monde; tes talents croîtront en t’ouvrant aux autres. Nous sommes ‘ UN ‘
5. Tous les jours , fortE de ton glaive et ton bouclier , tu dois affronter noblement et bravement la peur qui te prend ta liberté , ta spontanéité , ton humanité ; n’aies plus peur de la mort , elle n’est qu’un passage ; concentres-toi sur la vie , ici , maintenant.
6. Sois patriote et participe bellement et noblement aux affaires de la Cité ; ce sont des vertus de première importance.
7. Fuis la compétition , propose l’entraide ; l’humanité est Une , et marche vers sa Transmutation.
8. Si tu dois partir en guerre , ne fais qu’une conquête , celle de ta Conscience .
9. Ne laisse jamais l’indifférence te prendre quelques heures , elle conduit au désespoir et à la deuxième mort , celle de l’âme.
10. Ne rejette pas le divertissement, mais méfie-t-en, sois vigilante; il peut t’endormir la Conscience.
Publié dans : Non classé | le 9 décembre, 2011 |1 Commentaire »

Grands Maitres de L’Ordre des Templiers

3914623005143533070081000004533849901209418276614187n.jpg29771829637025372141810000045338499011948931419048964n.jpg297820290159481009162100000453384990116916314428057n1.jpg2992582956173304633771000004533849901191958239178598n1.jpg29973729232534412590910000045338499011784541080117466n1.jpg3003252974150036169431000004533849901198235275848860n.jpg3005463011574532426981000004533849901211376800596121n.jpg3032252951182571799511000004533849901189280896840164n1.jpg30396829116640090847010000045338499011734001594872209n1.jpg3039822983254201925681000004533849901203209516801072n.jpg30884929262200409624310000045338499011790721526942300n1.jpg30970029409920394852310000045338499011841081026540277n1.jpg310369290343067657470100000453384990116939586863452n1.jpg31136428992607103250310000045338499011684191791222129n1.jpg31225729067971429047210000045338499011706141670039978n1.jpg3127122931764240408011000004533849901181191517148959n1.jpg3159762944670772450691000004533849901185781945735386n1.jpg31697129907344011776610000045338499012057561734675288n.jpg31737229225881746589510000045338499011782731603734431n1.jpg31920429336787735498910000045338499011816281829177387n1.jpg37555029989309670246710000045338499012077921473369014n.jpg3865552978288835755551000004533849901201029533905516n.jpg38904029936998342144510000045338499012066671539349210n.jpg3906302942677305983371000004533849901184560290635020n1.jpg3906302942677305983371000004533849901184560290635020n.jpg297820290159481009162100000453384990116916314428057n.jpg2992582956173304633771000004533849901191958239178598n.jpg29973729232534412590910000045338499011784541080117466n.jpg3032252951182571799511000004533849901189280896840164n.jpg30396829116640090847010000045338499011734001594872209n.jpg30884929262200409624310000045338499011790721526942300n.jpg30970029409920394852310000045338499011841081026540277n.jpg310369290343067657470100000453384990116939586863452n.jpg31136428992607103250310000045338499011684191791222129n.jpg31225729067971429047210000045338499011706141670039978n.jpg3127122931764240408011000004533849901181191517148959n.jpg3159762944670772450691000004533849901185781945735386n.jpg31737229225881746589510000045338499011782731603734431n.jpg3186712907983842786051000004533849901171074556905410n.jpg31920429336787735498910000045338499011816281829177387n.jpg

Publié dans : L'ordre des Templiers | le 1 novembre, 2011 |1 Commentaire »

CREDO

101templari026.jpg

1.Ecoute et ne crois pas à tout ce que l’on te dit.
2.Garde les secrets, ne raconte pas ce que tu entends.
3.Ne dis pas tout ce que tu penses, mais dis toujours la vérité.
4.Sois honnête, mérite que l’on te respecte.
5.Reconnais tes erreurs et n’aie pas peur de dire « je ne sais pas » et « je regrette ».
6.Ne perds jamais le contrôle de toi-même et traite les autres de la même manière que tu voudrais qu’on te traite.7.Plutôt de critiquer, fait l’éloge de ceux qui t’entourent.
8.Ne prive personne d’espérance, cela peut-être la seule chose que quelqu’un possède.
9.Laisse tomber la haine et la rancœur, ils font plus de mal à toi-même.
10.Apprends à dire non avec courtoisie et aisance.
11.N’oublie pas de dire « s’il te plait » et « merci ».
12.Regarde les gens dans les yeux.
13.Vis le moment présent et fais une seule chose à la fois.
14.Ne laisse pas les choses en suspens. Fais ce qui est à faire au moment précis où cela doit être fait.
15.Ne prends aucune décision quand tu es fâché.
16.Il y a des choses qui ne reviennent pas en arrière : la parole prononcée, le temps parcouru et les opportunités qui se présentent.
17.Tu as le droit d’être heureux.
18.Par conséquent, profite de ce qui est beau.
19.Découvre les plaisirs les plus élémentaires : voire, écouter, respirer, toucher et savourer.
20.N’oublie pas de te reposer.
21.Regarde au moins deux fois par an le lever du soleil et son coucher.
22.Respecte ton corps et surveille ta posture physique.
23.L’immortalité existe, on l’appelle connaissance, demande ce que tu ne sais pas et rappelle-t-en pour si on te le demande.
24.Consacre chaque jour quelques minutes à la méditation.
25.N’attends pas que la vie soit juste.
26.Le bonheur est comme une tirelire, on y met ce que l’on peut.
27.Ne crains pas de perdre une bataille si cela te conduit à gagner la guerre.
28.Méfie toi de celui qui n’a rien à perdre.
29.N’accepte pas un salaire pour ton travail avant qu’il ne soit achevé.
30.Dépense moins que ce que tu gagnes.
31.Accomplis ta tâche avec humilité, tu es infiniment petit dans l’immensité de l’univers.
32.Sache que tu es appelé à disparaître et que seule ton œuvre demeurera.
33.Apprends qu’un jour tu pourras revoir ce que tu as été et en mourir de rire.

Publié dans : L'ordre des Templiers | le 14 octobre, 2011 |4 Commentaires »

Parution d’un ouvrage sur les Templiers pour le 700ème anniversaire du Concile de Vienne

vienne1312lafindelordredutemple.jpg

 

 

 

1312, date du Concile de Vienne a marqué l’Histoire de France. Ce fut l’occasion pour le roi d’alors, Philippe le Bel de faire pression sur le Concile réuni à Vienne dans la cathédrale Saint-Maurice pour condamner et supprimer l’Ordre du Temple.

Un certain nombre de manifestations sont prévues cette année et l’an prochain en mémoire de cette période, il est vrai pas très glorieuse -Philippe le Bel lorgnait en fait l’argent des Templiers-mais qui fit de Vienne la capitale de la Chrétienté.

Première salve à cette commémoration : un ouvrage intitulé « Vienne 1312, la fin de l’Ordre du Temple ». Son auteur est bien connu puisqu’il s’agit de Sébastien Gosselin qui fut pendant quatre ans Conservateur des musées de Vienne, avant de prendre la direction de la Savoie, mais qui est également spécialiste du Moyen-Age. Il a été accompagné dans son travail par Monique Zannettacci, archéologue municipale et l’historien Pierre Mahu.

Il s’agit d’un livre de de 115 pages, de belle facture, richement illustré et co-édité par l’Office du Tourisme et les éditions lyonnaises EMCC.

Un vrai travail d’historien qui ne s’intéresse qu’aux faits historiques, loin des allégations et des élucubrations qui entourent les Templiers. A noter dans cet ouvrage une incidente sur les jeux vidéo concernant les Templiers qui, à vrai dire, sont fort nombreux. Ils achèvent d’une certaine manière de mondialiser l’histoire des Templiers et de lui donner une aura de mystère supplémentaire.

On trouve cet ouvrage dès aujourd’hui à la Maison de la Presse et dans les librairies viennoises.

« Vienne 1312, la fin de l’Ordre du Temple ». Co-édité par l’Office du tourisme de Vienne et les Editions EMCC, 12 euros.

Editions EMCC

18 rue Childebert (et non Chilbert)

69002 LYON

@ : lperrin@le-tout-lyon.fr

Publié dans : L'ordre des Templiers | le 14 octobre, 2011 |1 Commentaire »

Histoire de l’Ordre du Temple, aux éditions Trajectoire

 

ach0027823411306903973580x580.jpg

 

 

Histoire de l’Ordre du Temple, aux éditions Trajectoire

Les éditions Trajectoire vous informent de la parution d’Histoire de l’Ordre du Temple de Jean-Luc Caradeau et Marie Delclos. Elles restent à votre disposition pour toute demande d’envoi en Service Presse : Florence Vaillant : 05 61 000 986 – f.vaillant@piktos.fr. http://www.piktos.fr.

 

C’est un travail considérable et original que Marie Delclos et Jean-Luc Caradeau ont effectué, en véritables historiens, sur l’énigmatique Ordre du Temple. Pas à pas, l’élaboration de l’Ordre du Temple est décortiquée, depuis la victoire de Charles Martel à Poitiers, en passant par la querelle des deux pouvoirs rivaux, celui du pape et de l’empereur. Sans omettre l’opportunisme formidable d’Urbain II qui a été tenté de réunifier un monde chrétien séparé depuis le Grand Schisme. Fort bien décrite, la première croisade débouche sur la fondation du royaume de Jérusalem et la création de la Milice des pauvres Chevaliers du Christ en 1119. Les incertitudes quant aux fondateurs et à la fondation même de l’Ordre, le voyage en France d’Hugues de Payens, le concile de Troyes, la règle de saint Bernard sont largement détaillés. En outre, plusieurs aspects très rarement abordés sont ici développés. Si l’on connaît généralement les Templiers comme moines soldats et bâtisseurs de forteresses, peu savent qu’ils furent les inventeurs de la lettre de change, les détenteurs de la première Marine de l’époque, les possesseurs de biens immobiliers considérables ou encore les propriétaires de vastes haras… Bien sûr, le procès des Templiers, l’examen de leur présumée culpabilité, l’ambition et le cynisme de Philippe le Bel, la veulerie du pape Clément V sont amplement développés. En fin d’ouvrage, des documents essentiels viennent compléter cette étude : la liste des grands maîtres de l’Ordre, les implantations du Temple à Paris et ailleurs, ainsi qu’une chronologie des croisades. L’Histoire de l’Ordre du temple est un texte haletant, qui se lit sans trêve, et qui comporte des analyses réellement novatrices, appuyées sur des documents incontestables.

Contact Presse:
PiKtos
Florence Vaillant
05 61 000 986
http://www.piktos.fr 

Publié dans : L'ordre des Templiers | le 10 octobre, 2011 |1 Commentaire »

L’Ordre de Sion


Arnaud de l’Estoile vient de publier « Le Véritable Secret des Rois de France » aux Editions Pardès, 16×24, 272 p., illustré, 24 €.

Le Véritable Secret des Rois de France« C’est du fantastique exact », confia Jules Bois à propos de l’oeuvre de Maurice Leblanc. Cette phrase étonnante lève le voile sur la réalité de l’histoire cachée, sur les noces de l’ésotérisme et de la littérature. Les aventures du personnage d’Arsène Lupin, mondialement connu, qui résolut les énigmes les plus extraordinaires, dépasseraient- elles le cadre du simple roman policier ? Y a-t-il un sens caché aux aventures du gentlemancambrioleur ? La quête du secret des rois de France, élucidé dans L’Aiguille creuse, repose-t-elle sur un fond de vérité ? Sur quelles informations confidentielles Maurice Leblanc a-t-il pu s’appuyer pour rédiger ses oeuvres ?
L’auteur, après une longue et minutieuse enquête dans les arcanes de l’histoire de la France hermétique, révèle les surprenantes accointances entre l’occultisme de la Belle Époque, les organisations initiatiques et les cénacles fréquentés par Maurice Leblanc. Il dévoile également que l’histoire d’Étretat, officiellement station balnéaire de renom, recèle bien des mystères… Lesquels ont pour origine un secret que des hommes et des organisations préservèrent au cours des siècles. Le père d’Arsène Lupin, qui a publié L’Aiguille creuse en juin 1909, en fut l’épicentre. En outre, aussi surprenant que cela puisse paraître, l’auteur met au jour les liens mystérieux qui unissent la Normandie et l’Aude, Étretat et Rennes-le- Château, avec, en filigrane, l’ombre d’une société secrète devenue mythique : le Prieuré de Sion.
De fil en… aiguille, cet ouvrage invite le lecteur à la découverte du véritable secret des rois de France.

Arnaud de l'EstoileArnaud de l’Estoile, historien, né en 1966, diplômé de la Sorbonne et du Conservatoire National des Arts et Métiers, s’est spécialisé dans l’étude de l’ésotérisme et des sciences occultes. À ce titre, ses recherches s’orientent aussi bien vers la théorie (fondements, courants et grandes figures) que vers la pratique (magie, alchimie, tarot, etc.).
Il a déjà publié chez Pardès :
« Qui suis-je? » GUAITA (12€), « Qui suis-je? » Papus (12€),
« Qui suis-je? » PÉLADAN (12€) « Qui suis-je? » E. Lévi (12€)

SOMMAIRE

INTRODUCTION

I. ÉTRETAT OU LE SECRET D’ÉTAT
A) ÉTRETAT : UNE GRANDE HISTOIRE POUR UN PETIT VILLAGE
B) LE SECRET STRATÉGIQUE DES ROIS DE FRANCE
C) L’AUTRE MYSTÈRE : LA RÉSERVE D’OR SECRÈTE DES CAPÉTIENS

II. LES GARDIENS DU SECRET
A) LES TEMPLIERS
B) NICOLAS POUSSIN
C) NICOLAS FOUQUET
D) JULES VERNE

III. MAURICE LEBLANC, ÉPICENTRE DU SECRET DES ROIS DE FRANCE
A) MAURICE LEBLANC : UNE VIE AU SERVICE D’ARSÈNE LUPIN
B) LA VÉRITABLE IDENTITÉ D’ARSÈNE LUPIN, CAMBRIOLEUR DE L’HISTOIRE DE FRANCE
C) LES ÉNIGMES À RÉSOUDRE POUR DEVENIR LE ROI DES ROIS
D) UN CÉNACLE POUR LE MOINS INSOLITE

IV. ÉTRETAT ET RENNES-LE-CHÂTEAU : UN ÉTRANGE PARALLÉLISME
A) RENNES-LE-CHÂTEAU : RAPPEL HISTORIQUE
B) LES ÉTONNANTS LIENS ENTRE LA NORMANDIE ET L’AUDE
C) MAURICE LEBLANC ET RENNES-LE-CHÂTEAU

V. ÉTRETAT OU LE VÉRITABLE SECRET DES ROIS DE FRANCE
A) L’OMBRE DU PRIEURÉ DE SION
B) LES LIENS ENTRE L’OCCULTISME DE LA BELLE ÉPOQUE
ET LA RÉSURGENCE DU PRIEURÉ DE SION DE 1956
C) LA PISTE ALCHIMIQUE
D) L’ULTIME SECRET

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

 

Une critique sera bientôt en ligne ! Mais, dès à présent, nous vous en conseillons la lecture !

Publié dans : L'ordre des Templiers | le 5 octobre, 2011 |Pas de Commentaires »

Le Code Templier

couverture14.jpgUn thriller historique

sur le Grand Secret
de l’Ordre du Temple



En 1974, pendant les fêtes de Pâques, un mystérieux inconnu s’introduit de nuit dans un ancien Monastère espagnol reconstruit pierre à pierre, à Miami en Floride, USA. L’inconnu dérobe une pierre de l’un des murs du cloître. Cet évènement, en apparence absurde, est le point de départ d’une nouvelle aventure de Franck et Marie-Eve dans le monde secret de l’Ordre du Temple.

Nos deux héros découvrent la source de la fabuleuse richesse des Templiers, et comment ceux-ci ont pu au Moyen Age créer une banque mondiale basée sur des règles morales strictes. Ils vont aussi s’intéresser au Mandylion, cet objet convoité par une multitude d’aventuriers, et qui semble être à l’origine de tout.

Plus de mille ans auparavant, ce Mandylion est apparu à Constantinople. Au centre d’un cadre d’or de style persan, on voyait l’image très pâle d’une « tête » étrange. A l’ouverture du cadre on découvrit une grande toile de lin de 4 m sur 1 m, sur laquelle apparaissait l’image d’un corps supplicié, flagellé et crucifié, vu de face et de dos. C’était un Suaire plié de manière étrange, quatre fois sur lui-même, étendu sur une planchette, et dont on ne voyait que la tête à travers le cadre. Après le pillage de Constantinople par la quatrième croisade en 1204, cet objet disparut avec le trésor byzantin du Grand Palais des Blachernes.

Un objet semblable réapparut vers 1356 à Lirey, dans cette Champagne où l’Ordre du Temple est né. Transporté à Turin en 1578, il est connu depuis sous le nom de Suaire de Turin. Cette relique constitue l’une des plus grandes énigmes historiques, religieuses et scientifiques au début de notre 3eme millénaire judéo-chrétien. Il s’agit d’une image imprimée en négatif sur une grande pièce de lin de plus de 4 mètres carrés. Sa datation historique en fait un objet de plus de 2000 ans et sa datation au carbone 14,… un objet moyenâgeux. Mais est-ce bien le Suaire d’origine?

Pour comprendre ce que cache cette énigme historique et scientifique, deux chercheurs, Franck et Marie-Eve, enquêtent aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, en Europe et au Moyen Orient. A quoi peut bien correspondre cette mystérieuse relique ? Où a-t-elle était emportée après le sac de Constantinople ? Serait-ce le fameux « Baphomet » soi-disant adoré par les Templiers et dont parlent les minutes de leur simulacre de procès ? Est-ce l’image du Christ mort à la fin de son supplice, il y a plus de 2000 ans ? A quoi correspond la tête trouvée par les sbires de Philippe le Bel dans le grand Temple de Paris au moment de l’arrestation des Templiers ? Les traces de sang sur ce Suaire correspondent-elles au sang du Christ ? Et quelle est cette étrange prédiction du retour du Christ sur Terre à la fin des Temps ? Cette parousie, plusieurs fois annoncée, il y a deux mille ans, il y a mille ans et récemment encore par les nouvelles religions, et qui ne s’est jamais produite. Avec les manipulations génétiques modernes, qui aurait intérêt à la réaliser aujourd’hui en laboratoire, et avec quels moyens financiers ? Que cache cette étrange énigme ?

Publié dans : L'ordre des Templiers | le 6 septembre, 2011 |2 Commentaires »

Rituel de Bénédiction d’un Nouveau Chevalier

Rituel de bénédiction d’un nouveau chevalier


Grail

The Attainment of the Holy Grail, Edward Coley Burne-Jones, 1898

Le rituel de « bénédiction du nouveau chevalier » (XIIIe siècle) ne peut être attribué à aucun ordre de chevalerie en particulier. Le rituel qui suit, correspondant à l’adoubement, en mode ecclésiastique, du nouveau chevalier, fait partie du premier livre, chap. XXVIII du Pontifical de Guillaume Durand, évêque de Mende, canoniste et curialiste, qui rédigea un recueil de rituels et textes liturgiques divers (ce Pontifical est considéré comme un miroir idéal de la chrétienté au Moyen âge. Ce rituel est complété par le chap. XXXVIII, De benedictione armorum (« bénédiction des armes ») du second livre.

Jean-Pierre Bonnerot

Bénédiction du Nouveau Chevalier

1- Dans la bénédiction du nouveau chevalier, on procède de la façon que voici. Le pontife, avant que ne soit dit l’évangile, bénit son épée en disant :

2- Bénédiction de l’épée. « Exauce, nous t’en prions, Seigneur, nos prières ; que la dextre de ta Majesté daigne bénir cette épée dont ton serviteur ici présent désire être ceint ; que dans la mesure de ta bénédiction il puisse être le défenseur des églises, des veuves, des orphelins et de tous les serviteurs de Dieu contre la cruauté des païens ; qu’il épouvante et terrifie ceux qui lui tendraient des pièges ; accorde-lui de les poursuivre dans l’équité et de nous défendre dans la justice. Par le Christ… » on répond : « Amen. »

3- Autre bénédiction : « Seigneur Saint, Père Tout-Puissant, dieu éternel, par l’invocation de ton saint nom, par la venue du Christ, ton fils, notre Seigneur, et par le don du Saint-Esprit défenseur, bénis cette épée afin que ton serviteur que voici, qui en ce jour en est ceint comme le lui accorde ta bonté, foule aux pieds les ennemis invisibles, soit victorieux en tout combat et demeure toujours sans blessure ; nous te le demandons par Jésus Christ… » On répond : « Amen. »

4- On pourrait aussi dire ici les autres bénédictions des armes, que l’on trouve à la rubrique bénédiction des armes. Les armes ainsi bénites, le pontife, avant de ceindre l’épée, entonne :

5- « Béni soit le Seigneur mon Dieu qui éduque mes mains pour le combat. » Et quand on a dit les trois premiers versets suivis du « Gloria Patri… » le pontife dit : « Sauve ton serviteur. Sois pour lui, Seigneur, une tour. Seigneur exauce… Le seigneur soit avec vous… Prions. »

6- Oraison : « Seigneur saint, Père tout-puissant, Dieu éternel, toi qui seul mets toutes choses en ordre et les disposes comme il convient, toi qui, pour réprimer la malice des méchants et pour protéger la justice, as permis aux hommes par une règle salutaire l’usage du glaive sur la terre, toi qui as voulu que soit institué l’ordre militaire pour la protection du peuple, toi qui as fait que soit dit par le bienheureux Jean, alors que des soldats venaient à lui au désert, qu’ils n’extorquassent de l’argent à personne, mais qu’ils se contentassent de leur propre solde, nous te supplions, Seigneur, et implorons ta clémence : de même que tu as accordé à ton serviteur le petit David le pouvoir de dominer Goliath, de même que tu as fait triompher Judas Macchabée de la barbarie des nations qui n’invoquaient pas ton nom, de la même façon accorde aussi à ton serviteur ici présent, qui vient de placer son cou sous le joug de la chevalerie, les forces de la piété céleste et l’audace pour défendre la foi et la justice. Accorde-lui un accroissement de sa foi, de son espérance et de sa charité ; dispose comme il convient toutes choses en lui : crainte autant qu’amour de Dieu, humilité, persévérance, obéissance et patience en bonne mesure, afin qu’il ne blesse injustement personne avec ce glaive ou avec un autre, qu’avec lui il défende ce qui est juste et droit ; lui-même est promu d’un état inférieur au nouvel honneur de la chevalerie ; que, de la même façon, il dépouille le vieil homme avec ses manières d’agir et qu’il revête l’homme nouveau afin de te craindre et de t’honorer comme il faut, d’éviter la compagnie des infidèles, d’étendre sa charité sur son prochain, d’obéir avec droiture en toutes choses à sa mission et de s’acquitter jusqu’au bout de sa fonction au service de tous selon la justice. Nous t’en prions par… » On répond : « Amen. »

7- Après cela le pontife prend sur l’autel l’épée nue et la pose dans la dextre du récipiendaire en disant : « Reçoit ce glaive au nom du Père et du fils et du Saint-Esprit et sers-t’en pour ta propre défense, pour celle de la sainte Église de Dieu, pour la confusion des ennemis de la Croix du Christ et de la foi chrétienne ainsi que la couronne du royaume de France(ou tel autre). Autant que l’humaine fragilité te le permettra, ne blesse personne injustement avec lui. Qu’il daigne t’accorder cela, Celui qui vit et règne avec le Père et le Saint-Esprit dans les siècles des siècles » On répond « Amen »

8- Ensuite, l’épée ayant été remise au fourreau, le pontife ceint le récipiendaire de l’épée avec son fourreau, et l’en ceignant il dit : « Sois ceint de ton glaive sur ta cuisse, ô toi qui es tout puissant dans le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, mais sois attentif au fait que ce n’est pas par le glaive, mais par la foi, que les saints ont vaincu les royaumes »

9- Ceint donc de l’épée, le nouveau chevalier la sort du fourreau et, dégainée, il la brandit trois fois dans sa main de façon virile, puis il l’essuie sur son bras et la rengaine.

10- Cela fait, le pontife, distinguant ce nouveau chevalier à son caractère militaire, lui donne le baiser de la paix en disant : « sois un soldat pacifique, actif, fidèle et soumis à Dieu . »

11- Puis il lui donne un léger soufflet en disant : « Réveille-toi du sommeil du mal, et sois vigilant dans la foi en Christ et dans une réputation louangeuse ». « Amen » 12- Alors les nobles de l’assistance lui remettent ses éperons, là où il est de coutume que cela se fasse, et l’on chante l’antienne : « Ton allure te fait remarquer parmi les fils des hommes ; ceins ton épée sur ta cuisse, ô toi qui es très puissant. »

13- Oraison : « Dieu éternel et tout-puissant, répands la grâce de ta bénédiction sur ton serviteur N… ici Présent, qui désire d’être ceint de cet estoc remarquable (ou : que tu nous as Ordonné de ceindre de … ) ; rends-le confiant dans la force de ta dextre ; qu’il soit armé Par tes célestes défenses contre toutes les forces adverses afin qu’ainsi dans ce siècle il ne soit troublé par aucune des tempêtes guerrières. Par le Christ… »

14- Enfin le pontife lui donne son étendard, là où l’on a l’habitude de le faire. Pour la bénédiction de cet étendard, chercher plus bas, après la bénédiction des armes.

Bénédiction des Armes

1. On fait de la façon suivante la bénédiction des armes et de l’étendard de guerre : « Notre secours est dans le Nom du Seigneur… Le Seigneur soit avec vous… Prions. » Oraison : « Que le signe et la bénédiction de Dieu tout-puissant, Père, Fils et Saint-Esprit, soit sur ces armes et sur celui qui les revêt. Qu’il les revête Pour protéger la justice. Nous te demandons, Seigneur Dieu, de le protéger et de le défendre, toi qui vis pour les siècles des siècles. » On répond : « Amen. »

2. Oraison : « Dieu tout-puissant, en la main de qui se trouve toute pleine victoire, toi qui as même accordé des forces miraculeuses à David pour mettre hors de combat le rebelle Goliath, dans notre humble prière nous implorons ta clémence afin que par une Piété sanctificatrice tu daignes bénir ces armes. Accorde à ton serviteur N…. qui désire porter ces mêmes armes, de s’en servir librement et victorieusement pour la protection et la défense de notre Sainte Mère l’Église, des orphelins et des veuves, contre l’assaut des ennemis visibles et invisibles. Par le Christ… » On répond « Amen. »

3. Bénédiction du glaive. « Daigne bénir, nous t’en prions, Seigneur, ces épées et tes serviteurs que voici, qui sous ton inspiration désirent s’en charger, que leur piété pour toi leur soit un rempart et les garde sans blessure. Par le Christ …. » On répond « Amen. »

4. Bénédiction de l’étendard de guerre. Oraison : « Dieu tout-puissant et éternel, qui es la bénédiction et la force de tous ceux qui triomphent, jette un regard propice sur nos humbles prières et, de ta céleste bénédiction, sanctifier cet étendard qui a été préparé pour servir à la guerre ; qu’il soit fort contre les nations ennemies et rebelles et qu’il soit entouré du rempart de ta protection ; qu’il soit terrible aux ennemis du peuple chrétien ; qu’il soit assurance et confiance dans leur victoire certaine pour ceux qui mettent en toi leur foi. Tu es, Dieu, celui qui détruit les guerres et tu accordes le secours de ta céleste protection à ceux qui mettent en toi leur espoir. Par le Christ… » On répond : « Amen. »

5. Enfin il l’asperge avec l’eau bénite.

6. Dans la remise de l’étendard, on dit aussi « Reçois cet étendard sanctifié par la céleste bénédiction. Que le Seigneur te donne la grâce, pour son nom et pour son honneur, de pénétrer puissamment sain et sauf avec cet étendard les bataillons ennemis. » On répond : « Amen. »

7. Quand on le remet au porte-étendard, que celui-ci lui donne le baiser de paix .

Publié dans : L'ordre des Templiers | le 29 août, 2011 |Pas de Commentaires »

Les Autres Croisades à parir de 1204

La quatrième croisade de 1204 

  • 1201 En Palestine après la mort de Bohémond III, Bohémond IV lui succède et règne sur la principauté d’Antioche et le comté de Tripoli. 
  • 1202 - En novembre ZARA (ou Zadar en Dalmatie) est attaquée et mise à sac par les hommes de la quatrième croisade. Puis le doge convainc les croisés de faire un petit détour pour remplacer au passage l’empereur de Byzance par un jeune roi plus soumis au pape et aux occidentaux. En réalité le doge de Venise espère qu’en chassant les byzantins, les vénitiens deviendront les maîtres de la Méditerranée. 
  • 1203 – La flotte vénitienne arrive devant Constantinople en juin, Alexis Ange s’enfuit laissant la place au jeune roi des croisés. Les impôts et le tribut furent tellement lourds que les grecs ne purent plus payer. 
  • 1204 – Les croisés dépouillèrent les églises et volèrent tous les bijoux et richesses qu’ils trouvèrent. Les grecs se révoltèrent et chassèrent les croisés de la cité. Après une semaine de combats sans espoirs, la cité fut envahie, tout le patrimoine de la culture chrétienne orthodoxe disparut et pendant trois jours les croisés tuèrent et volèrent tous ceux qu’ils trouvèrent. Des chrétiens qui s’étaient réfugiés dans l’église Sophia furent massacrés lorsqu’ils sortirent avec les croix, le Saint Sacrement et les évangiles. L’église fut pillée, profanée et souillée. Baudouin de Flandre fut élu empereur du nouvel empire saccagé. Bel exemple de la foi chrétienne ! 
  • 1204 - La ville de Sidon au Liban est reprise par les francs.

Les Autres Croisades à parir de 1204 dans L'ordre des Templiers saconstanti

 

La cinquième croisade d’Orient

 

  • 1210 - A la faveur d’un mariage le royaume d’Acre échoit à Jean de Brienne un vieux chevalier de 60 ans arrivé d’Occident ! Bien qu’ayant accepté en 1212 la nouvelle trêve de cinq ans conclue avec le frère de Saladin, le roitelet ne cesse d’envoyer des ambassadeurs à Rome pour activer la reprise d’une grande croisade dès la fin de la trêve. Ce sera la cinquième en Orient. 
  • 1218 - De fait, dès le mois de septembre 1217 les arrivages de croisés affluent dans le port d’Acre, suivis de centaines de navires au printemps 1218 qui débarquent à Acre et devant Damiette, des milliers de pèlerins-combattants. Al-Kamel le neveu de Saladin est vite envoyé par son père le sultan, pour essayer de les arrêter.Le 25 août, les croisés prennent d’abord la citadelle à côté des remparts de la cité de Damiette et l’annonce de cette perte cause une crise cardiaque au vieux sultan qui succombe en quelques heures. La traditionnelle lutte de succession peut commencer.

    De son vivant le frère de Saladin avait partagé ses Etats :

 

Egypte
à son 1er fils :
Al Kamel

 Jérusalem et Damas  
à son 2è fils :
Al-Moazzam

La Jézira
à son 3è fils :
Al-Achraf

 

  • Après la prise de Damiette, al-Kamel propose aux croisés contre la signature d’un traité de paix, une offre qui ne manque pas d’intérêt : la restitution de Jérusalem, de la vraie croix et de tous les territoires à l’ouest du Jourdain.Mais le cardinal-légat espagnol du nom de Pélage préfère maintenant : l’Egypte entière et compte déjà sur l’arrivée imminente de l’empereur Frédéric II qui vient d’être sacré à Rome mais qui mettra tout de même  » huit années  » pour arriver en Palestine !

     

  • 1220 - au cours de l’été Al-Kamel envoie sa flotte surprendre les navires occidentaux et leur inflige une sévère défaite. 
  • 1221 - l’armée franque quitte Damiette pour s’engager sur la route du Caire, pendant que Al-Charaf et al-Moazzam sont venus prêter main forte à leur frère avec leurs armées. Mais mi-août le dieu NIL qui depuis les temps antiques effectue dès le mois de juillet son inondation annuelle, tant souhaitée pour fertiliser les cultures, a brusquement grossi. Il embourbe l’armée franque qui doit battre en retraite. Le 26 août après la rupture volontaire des digues du Nil, l’armée franque est complètement enlisée. Le cardinal se décide enfin à négocier et à signer une paix de huit ans, mais sans la restitution de la vraie Croix et la cession de Jérusalem et des territoires à l’ouest de Jourdain comme proposé auparavant…

 

La sixième croisade de l’empereur Frédéric II

 

  • 1225 - L’empereur Frédéric II vient d’épouser Yolande, la fille de Jean de Brienne et devient ainsi roi de Jérusalem ! El Kamel envoie à la cour de l’empereur en Sicile son diplomate l’émir Ibn ach-Cheikh qui devient rapidement l’ami et le conseiller de Frédéric. 
  • 1227 - en novembre mort d’Al-Moazzam le maître de Damas. Son fils: an-Nasser lui succède. 
  • 1228 - En septembre l’Empereur excommunié Frédéric II débarque à Acre avec seulement 3 000 soldats. Il est venu pour dialoguer. Le traité de paix signé le 18 février 1229 avec le sultan d’Egypte prévoit un passage reliant Jérusalem à la côte, ainsi qu’un libre accès aux villes de Bethléem, Nazareth et Saïda… Les musulmans conservent une présence dans Jérusalem à l’endroit où se trouvent leurs principaux sanctuaires.Toute l’Europe est ahurie devant l’obtention rapide de l’accord, sans une seule goutte de sang !! Mais à Bagdad, Mossoul et Alep les musulmans sont en colère d’avoir perdu Jérusalem. Une guerre éclate même entre an-Nasser et al-Kamel qui perdra sa ville de Damas et ne se réconciliera avec son oncle qu’en 1238 (peu de temps avant sa mort).

 

Les deux croisades de Louis IX : 7ème et 8ème Croisade
(également détaillées dans la vie de Louis IX)

 

  • 1244 - Les turcs Khawarezmiens qui ont succédé aux seljoukides en Irak et en Inde, arrivent en Syrie. Ne pouvant prendre Damas ils s’élançent sur Jérusalem qu’ils prennent facilement le 11 juillet.Si la population franque est en grande partie épargnée, la ville sainte est pillée et brûlée. Heureusement les envahisseurs seront écrasés quelques mois plus tard par les princes ayyoubides.

     

  • 1248 - Le roi de France Louis IX a décidé en exécution d’un voeu de faire sa croisade sur l’Egypte, malgré que Frédéric II a essayé de l’en dissuader. L’empereur étant (re)excommunié depuis 1237 il a répondu à Rome en 1241 en séquestrant les cardinaux chargés de le condamner. Cette fois Frédéric se désintéresse de la Palestine, mais il a quand même pris la précaution de prévenir son ami AYYOUB le fils d’Al-Kamel du danger qui le menace.

    depcrois dans L'ordre des Templiers
    Aigues-Mortes – Saint Louis part pour la croisade
    le 25 août 1248 – Dessin de G. de Saint-Pathus vers 1330

     

  • 1250 – [Eg] Touranshah fils du précédent sultan (Ayyoub) mort de tuberculose est à son tour assassiné par Baibars un officier-esclave au cours d’un banquet qu’il avait organisé après sa victoire sur les croisés et la capture du roi de France LOUIS IX à Mansourah. 
  • 1251 - [Eg] Malgré les lois islamiques une ancienne épouse du sultan: Chajarat-ad-dorr devient reine sultane d’Egypte et épouse dès son intronisation un des chefs mamelouks (Abeik). Elle lui confère le titre de sultan. Quant à la sultane elle signe ses décrets par le nom de  » Oum Khalil  » un de ses enfants mort en bas âge. 
  • 1259 - [Eg] La reine sultane d’Egypte surprend un regard trop admiratif de son époux sur une jeune servante. Lorsqu’elle lui demande pourquoi il ne la regarde pas ainsi, il lui répond « tu es trop vieille ! La reine prend un couteau à sa portée et après avoir assassiné son époux se donne elle-même la mort… Un nouveau sultan du nom de Qoutouz remplace la défunte reine sultane. 
  • 1260 – [Eg] L’homme qui a déjà tué Touranshah : Baibars assassine froidement Qoutouz le vainqueur d’Ain Jalout et s’installe comme sultan. 
  • 1271 - [Pa] Baibars s’empare de la redoutable forteresse des templiers: Hosn-al-Akra que Saladin n’avait pas pu prendre. 
  • 1277 - [Eg] Mort de Baibars (empoisonné) qui avait institué une sorte de trève avec Henry II (roi de Chypre et Jérusalem). « Qalawùun » devient le nouveau sultan d’Egypte. 
  • 1283 - L’ancienne trêve convenue avec Baibars concernant la Palestine est reconduite pour dix ans par Qalawùun. 
  • 1285 - Les moines-soldats Hospitaliers s’étant alliés aux mongols lors d’une invasion contre les musulmans au Liban, Qalawùun s’empare de la forteresse de Marqab pour les punir. Tombée le 25 mai, les défenseurs ont même le droit de rejoindre Tripoli sains et saufs. 
  • 1289 – Les hommes de Qalawùun ayant intercepté des lettres faisant état d’une alliance secrète entre Philippe-le-Bel et les mongols. Pour éviter d’être pris entre deux armées, Qalawùun met le siège devant Tripoli (ville non incluse dans la trêve). Après un mois de combats la ville tombera, les hommes seront massacrés, les femmes et les enfants emmenés en esclavage.

 

L’échec de la 9ème et dernière croisade d’Orient

 

  • 1289 – Henry roi de Chypre et de Jérusalem appelle l’occident à la croisade. Par leur comportement les croisés mettront fin à la trêve. 
  • 1291 - Mort de Qalawùun, son fils Khalil continue le combat à sa place. 
  • 1291 - La ville et la forteresse de St Jean d’Acre est reprise par les musulmans, exactement cent ans après sa prise par l’anglais Richard Coeur de Lion,  puis tomberont également les derniers bastions francs : les grandes villes de Tyr, Sidon et Beyrouth…
Publié dans : L'ordre des Templiers | le 25 août, 2011 |Pas de Commentaires »

L’après Saladin

L'après Saladin dans L'ordre des Templiers apres_saladin


  • 1196 – En juillet le frère de Saladin Al-Adel arrache au fils de Saladin Al-Afdal âgé de 26 ans le gouvernement qu’il s’était montré incapable de diriger. 
  • 1197 - Mort d’Henri de Champagne, Isabelle épouse Amaury de Lusignan, roi de Chypre et unit sa couronne à celle de Jérusalem. 
  • 1197 - L’empereur d’Allemagne Henri VI prépare une nouvelle croisade, ses hommes reprennent Beyrouth, mais Henri VI meurt peu après. 
  • 1198 - A peine élu le pape Innocent III fait prêcher une nouvelle croisade (la 4ème) qui aboutira en 1204 au sac de Constantinople.(Byzance) 
  • 1198 – En novembre un autre fils de Saladin se tue en tombant de cheval lors d’une chasse au loups près des pyramides.- Henri de Champagne conclut une alliance avec le nouveau maître des assassins, qui pour lui démontrer son autorité ordonne devant ses yeux à deux adeptes de se jeter du haut des remparts, ce qu’ils font sans une hésitation. C’est même Henri qui doit supplier le maître de la secte d’arrêter la démonstration.

    - le 1er juillet une nouvelle trêve de cinq ans est signée entre les francs et Al-Adel nouveau sultan après Saladin. Malgré un pacte de non agression signé entre al-Kamel fils du sultan et les vénitiens, il est conclut que contre une coquette somme en dinars-or (tenue secrète) les vénitiens feront tout ce qu’il peuvent pour éloigner cette nouvelle croisade de 35 000 hommes que le pape Innocent III a mobilisé. Le doge Dandolo de Venise qui ne veut pas se mettre le pape à dos, oblige les croisés d’attaquer d’abord le port de Zara qui appartient au très chrétien roi de Hongrie !

Publié dans : L'ordre des Templiers | le 25 août, 2011 |Pas de Commentaires »
1...34567...72

Rackam |
Unité Dharma |
Thorgrime-le-rancunier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon Chemin
| l'Islam Vrai
| Blog de l'Aumônerie Secteur...