Fraternité, Solidarité, Réciprocité…..

thecross.gif

Le mot fraternité vient du latin Fraternita qui définit le lien de consanguinité indissociable, existant entre les enfants d’une même parenté. Progressivement, cette définition s’est étendue aux liens profonds, mais virtuels, pouvant exister entre proches amis.

Le terme solidarité apparaît seulement à la fin du XVIIIème siècle au dictionnaire de l’Académie Française dans lequel il est défini en 1835, comme :

« Responsabilité mutuelle qui s’établit entre une ou plusieurs personnes ». Le grand Larousse la définit actuellement comme « un devoir moral fondé sur l’interdépendance d’un groupe social.»

 

La solidarité indique une relation entre personnes ayant conscience d’une communauté d’intérêt (économique, social, politique, moral, spirituel) qui entraîne une obligation morale de ne pas desservir les autres et de leur porter assistance. Le concept de solidarité introduit également la notion de dépendance réciproque. Le devoir de fraternité et l’obligation morale de solidarité sont assez proche l’un de l’autre, par la démarche volontaire qu’ils impliquent, par contre la réciprocité indissociable de la solidarité est totalement indépendante de la notion de fraternité.

La notion de réciprocité permet également d’établir la différence entre solidarité et assistance, solidarité et charité. La nuance qui n’est pas toujours claire est cependant d’importance

A la différence de la fraternité ou de la charité dans lesquelles le sentiment prend une part importante, la solidarité peut être impersonnelle et ne pas comporter de dimension affective. La fraternité qui implique l’égalité diffère également de la charité et de l’assistance dans lesquelles celui qui donne et celui qui reçoit ne sont pas placés au m^me niveau.

 La fraternité est un lien, un sentiment irraisonné, temporel entre une ou plusieurs personnes qui n’a pas besoin de matérialité pour s’exprimer. La solidarité implique une prise de position, un engagement, donc au minimum : un sujet de réflexion et l’identification de « partenaires en solidarité ». Elle doit logiquement déboucher sur une action. La fraternité est une façon d’être, la solidarité une façon d’agir.

« La fraternité, ce n’est pas de donner ce que l’on a, c’est avant tout offrir ce que l’on est ». C’est de cette manière que Marie Solemme définit la fraternité, la distinguant ainsi clairement de la solidarité.

 Parabole :

Un homme tombe dans un trou et se blesse, viennent à passer différents personnages, qui l’abordent de la sorte :

La cartésien lui dit : « Vous n’êtes pas rationnel, vous auriez pu éviter ce trou »

Le spiritualiste : « Vous avez dû commettre quelques fautes »

Le scientifique mesure la profondeur du trou

Le journaliste : l’interroge sur ces douleurs

Le yogi lui explique que le trou n’existe que dans son imagination, tout comme sa douleur.

Le médecin lui propose deux comprimés d’aspirine

Le psychanalyste l’incite à chercher dans sa relation avec sa mère les causes de sa chute

Le positiviste l’exhorte : « Quand on veut, on peut ! »

L’optimiste lui dit : « Cela aurait pu être pire, vous auriez pu vous casser quelque chose ».

Le pessimiste : « Vous risquez des complications ! »

C’est alors qu’un  Ami passa et lui tendit la main.

Publié dans : VALEURS DE FRANCE |le 14 novembre, 2007 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 19 avril, 2011 à 13:37 el hadji malick sow écrit:

    question sur la fraternite et solidarite

Laisser un commentaire

Rackam |
Unité Dharma |
Thorgrime-le-rancunier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon Chemin
| l'Islam Vrai
| Blog de l'Aumônerie Secteur...