Courban la Templière

armoirie3.gif

Origine du Nom et Histoire de Courban

Nommé Corbeun en 1157, Toponyme médiéval, dérivé de Curtis Badonis, le domaine de Ban. Il a été signalé sur le territoire, quelques antiquités d’époque gallo-romaine, la voie de Langres à Auxerre qui coupe le sud du finage, des substructions avec cubes de mosaïques, prés de la ferme du Souhy, et un cippe très frustre (petite colonne sans chapiteau ou colonne tronquée qui servait de borne, de monument funéraire) qui se trouve au musée du Châtillonnais.

Au début du XIII ième siècle (1224), Courban est donné aux Templiers (Ordre militaire et religieux fondé en 1118 qui a guerroyé en Terre Sainte pour défendre le Saint Sépulcre contre les musulmans. A la perte de Jérusalem, les templiers se dispersèrent en Europe et surtout en France où ils habitèrent des monastères que l’ont appelait des Temples) par Erard de Chastenay. En 1238, le seigneur de Noyers fait donation aux Templiers d’Epailly de tout ce qu’il possède : « les villages de Bissey la Côte, Bissey la Pierre, Louesme et Courban, tant en hommes, terrres, prés, bois, justice et rente… »

La même année Brice de Calma leur donne tout ce qu’il possède au Souhy.

Les vestiges de la commanderie sont compris dans l’ensemble de l’importante ferme d’Epailly (route de Riel les Eaux), en particulier une vaste Eglise St Georges du XIII ième siècle transformée en grange.

Les moines de frères Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem succédèrent aux Templiers, et le grand prieur Michel de Sèvre affranchit les habitants en 1578.

Publié dans : L'ordre des Templiers |le 1 novembre, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire