Les ordres militaires et les chemins de pélèrinage

15.jpg

Les ordres militaires et les chemins de pélèrinage 
 par Georges LENORMAND

Fondés en Terre sainte, le Temple et l’Hôpital ont reçu de nombreuses donations en Occident et ont établi un véritable réseau de maisons : on sait l’importance de l’hôpital de Saint-Gilles, ultime étape pour les pèlerins, croisés, marchands et aventuriers qui embarquaient à Marseille pour gagner la Terre sainte. De là à dire que les ordres religieux-militaires ont systématiquement établi des maisons, des hôpitaux le long des routes de pèlerinage, il y a un pas qu’il ne faut franchir qu’avec précaution, et parfois ne pas franchir du tout.

Il existe trois pèlerinages majeurs : Jérusalem, Rome, Compostelle.

Et trois ordres sont concernés : le Temple, l’Hôpital et Santiago.

Le Temple, l’Hôpital, Santiago et quelques autres, sont des ordres religieux avant d’être militaires. A ce titre leurs membres, outre le fait qu’ils vivent selon une règle et mènent une part de leur vie au couvent, ont des devoirs proprement religieux et en particulier le devoir de charité. Ils doivent pratiquer l’aumône, distribuer du pain, de l’argent aux pauvres, plusieurs fois par semaine et à l’occasion des grandes fêtes du calendrier chrétien. Certains ordres ont en outre un devoir d’hospitalité : c’est le cas de l’ordre des hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem. A leurs débuts les hospitaliers ne pratiquaient pas d’activités militaires. L’Hôpital fondé à Jérusalem dès avant la première croisade accueillait, hébergeait et soignait les pauvres pèlerins.

Cette activité s’est développée avec le succès de la première croisade. En 1113, le pape Pascal II érigeait en ordre l’Hôpital de Jérusalem et y affiliait de nombreux établissements hospitaliers d’Occident, mais pas tous. C’est sur le modèle du Temple que l’ordre de l’Hôpital s’est militarisé, mais sans jamais abandonner sa vocation primitive.

Dans le royaume de Jérusalem, les hospitaliers hébergent et soignent les pauvres pèlerins dans leur hôpital de Jérusalem, puis, après 1187, à Acre. L’hôpital est l’édifice emblématique de l’ordre. Les hospitaliers en construiront un à Chypre, puis à Rhodes et enfin à Malte, qui furent tour à tour siège de l’ordre. L’ordre du Temple a été créé par quelques chevaliers désireux de protéger, au besoin en usant de la force, les pèlerins qui, à partir de Jaffa, puis d’Acre se rendaient à Jérusalem et au Jourdain. Des châteaux, des tours assuraient la sécurité de la route (Château Arnaud, Toron des Chevaliers, Quaranteine). Très vite cependant la mission des Templiers s’est élargie à une mission proprement militaire de défense des Etats latins d’Orient (l’Hôpital, en se militarisant, fit de même).

En Occident, les maisons des deux ordres, en dehors de l’Espagne où ils participent aux opérations militaires de la reconquête, sont davantage des grosses fermes, à la tête d’une unité d’exploitation, que des forteresses. On en tire les ressources nécessaires à l’accomplissement des missions militaires en Orient. Elles sont aussi des centres de recrutement, éventuellement des maisons de retraite pour les frères âgés ou infirmes, et, aux yeux des fidèles, des maisons religieuses tout aussi prestigieuses que les couvents bénédictins ou cisterciens. Les donations faites au Temple et à l’Hôpital furent nombreuses, variées et largement répandues dans tout l’Occident.

Les deux ordres ont-ils cherché à s’implanter (et donc à orienter le flot des donations et à acheter) le long des grandes routes de pèlerinages ?

En Italie les établissements templiers et hospitaliers sont nombreux le long de la Via Francigena que les pèlerins venus de France empruntaient pour se rendre à Rome. Mais c’était aussi la voie empruntée par les croisés, par les recrues des ordres militaires qui, au delà de Rome, gagnaient les ports d’Italie du sud (Bari, Barletta, Brindisi) pour aller en Orient. L’un et l’autre ordre, de même que, au XIIIe siècle, l’ordre teutonique, ont des maisons importantes dans ces ports. En jalonnant les routes italiennes de leurs maisons, les ordres religieux-militaires n’ont pas pour objectif de « protéger » la route des pèlerins, mais de permettre l’acheminement vers l’Orient de ce dont ils ont besoin : hommes, chevaux, vivres, armes et équipements.

De même les routes de Saint-Jacques n’ont pas particulièrement attiré le Temple et l’Hôpital. On a prêté au Temple des établissements hospitaliers à Luz et à Gavarnie. C’est faux[1]. Alain Demurger affirme que Templiers et Hospitaliers ont reçu des dons et ont acheté un peu partout en Occident. Alors pourquoi pas dans les vastes régions où se trouvent des chemins de Saint-Jacques (il y en a partout et ils servent aussi à ceux qui ne vont pas en pèlerinage). Le bourgeois de Bayonne ou le nobliau de Gascogne qui donne au Temple ou à l’Hôpital ne pense pas à Compostelle mais à Jérusalem !

Beaucoup d’établissements spécialisés dans l’accueil des pèlerins sur les routes menant à Compostelle ont été fondés et gérés par des collèges de chanoines : l’hospice de Roncevaux, Cayac, Aubrac, etc. Les chanoines de Sainte Christine du Somport étaient à la tête d’un réseau d’accueil dans la région. Ceci étant dit, il est bien évident que sur une route fréquentée par les pèlerins dans les montagnes pyrénéennes ou cantabriques, les établissements templiers ou hospitaliers existant recevaient des pèlerins et leur faisaient l’aumône. L’ordre de l’Hôpital avaient aussi des hôpitaux sur ces routes (Saint-Jean-du-Saint-Esprit à Bayonne par exemple). Au XVe siècle, en 1408 l’Hôpital transforme l’ancienne maison du Temple de Toulouse (on sait qu’à la suite de l’abolition de l’ordre du Temple en 1312, ses biens revinrent à l’Hôpital) en hôpital pour pèlerins. Un peu plus tard le grand prieur de l’ordre en Navarre fonde un hôpital à Puente la Reina.

Reste le cas de l’ordre de Santiago en péninsule ibérique (et qui possédait aussi des maisons en Gascogne) dont certaines traditions historiques inventées après coup et sans aucun fondement font remonter la naissance au X° siècle et lui assignent la mission de protection des pèlerins sur le chemin de Compostelle. Cela n’a rien à voir. L’ordre est fondé en 1170-1175. A l’origine, le roi de Léon Ferdinand II confie la garde de la forteresse de Càceres (sur le front de la reconquête, à plusieurs centaines de kilomètres au sud de Compostelle et du Camino francès !) à une confrérie de chevaliers qui, en 1171, s’engage à protéger les biens appartenant à l’archevêque de Compostelle dans la région de Càceres. La confrérie devient un ordre à qui l’archevêque donne la bannière de saint Jacques (lequel est aussi le saint patron de la reconquête). L’ordre, reconnu en 1175 par le pape, prend le nom de Saint-Jacques. A aucun moment il n’a été question du pèlerinage. Rien dans la règle de l’ordre n’en parle. L’ordre de Santiago combat les Maures, loin au sud en Estrémadoure, pas en Galice !

Pour conclure, si le Temple a bien été fondé pour protéger les pèlerins sur la route de Jérusalem, sa mission s’est étendue très vite à la défense des Etats latins. Ce n’est que par le hasard des donations pieuses qu’il a hérité ici d’un hôpital ou d’une maison-Dieu, là de biens, ailleurs de maisons ; dans le Sud-Ouest comme ailleurs. Et de toutes façons l’action hospitalière du Temple, secondaire mais réelle, n’a jamais concernée de près ou de loin Compostelle.

Le seul ordre religieux-militaire qui, par sa vocation initiale d’ordre hospitalier, a développé consciemment une action hospitalière sur le chemin de Saint-Jacques est l’Hôpital. Il l’a fait tardivement et cela n’a jamais été très important.

D’après Alain Demurger

Médiéviste, historien de la Croisade et des ordres religieux-militaires.

[1] Alain Demurger a lui même fait cette erreur, Vie et Mort de l’ordre du Temple, Paris, Le Seuil. p. 112-113. Il ne partage plus sur cette question les vues qu’il exposait alors.

Publié dans : L'ordre des Templiers |le 31 janvier, 2007 |5 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 5 mars, 2008 à 18:11 sobalko écrit:

    mouai

  2. le 10 septembre, 2009 à 20:32 eudes écrit:

    j ai beaucoup aimer c’est complet et bien rédiger
    bravo

  3. le 8 octobre, 2009 à 13:33 nino écrit:

    bonjours j ai boucoup aimerbravo

  4. le 1 novembre, 2009 à 20:48 jade écrit:

    ses trés interessant mais un peut long
    mais sinon ses une supere ide de genie

    Jade

  5. le 12 décembre, 2009 à 16:50 fantin écrit:

    trés bien j’ai adorré

Laisser un commentaire

Rackam |
Unité Dharma |
Thorgrime-le-rancunier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon Chemin
| l'Islam Vrai
| Blog de l'Aumônerie Secteur...