LE BEAUCEANT

orderoftemplars.gif

LE BEAUCEANT 

( ou BAUSSANT) 

  

C’est l’oriflamme de l’Ordre, mi parti de sable et de sinople, c’est à dire moitié blanc, moitié noir. Son symbolisme est à rapprocher de celui du Yin et du Yang, mais au delà, il est symbole « d’épaisseur » et d’inverse.

  

C’est aussi le symbole de la permanente opposition du bien et du mal. Le Bien pouvant être à tout moment le mal de quelqu’un, comme c’est le cas par exemple dans une croisade où certaines victimes sont bien innocentes… C’est aussi pour le noir la somme de toutes les couleurs et pour le blanc la soustraction de celles-ci, et donc leur réunion à part égale. C’est le symbole parfait de l’Harmonie entre Lumière et Ténèbres, sachant que la Lumière jaillit ou naît des Ténèbres. Dans le beauceant, les Ténèbres dominent la Lumière pour lui permettre de naître, ceci implique aussi que l’inconnu – de l’homme en tout cas, augmente au fur et à mesure que sa connaissance s’accroît, ce qui signifie que c’est le noir que l’on cherche à comprendre.

  

Cela implique pour un vrai Chevalier une poursuite ( quête ) des Ténèbres ( dans le sens positif du terme ) pour les vaincre et les transformer en lumière, et non pas une quête de la lumière en temps que telle. Cela implique aussi que tout Chevalier vrai « est lumière » ou, pour le moins, la porte, la transmet, l’offre, mais ne la cherche plus au sens premier du terme.

  

Une légende véhicule que le Beauceant aurait été vu avec deux faces, l’une blanche, l’autre noire, évoquant ainsi un ordre dual. De tels étendards, s’ils ont existé avaient certainement une raison simplement décorative ou encore, peut-être pour tromper un ennemi connaissant trop bien la puissance de l’armée qui avançait derrière le Beauceant.

La dualité évoquée symbolisait aussi le combat permanent entre bien et mal, mais aussi le fait qu’une face cache l’autre et vice-versa dans une dualité parfaitement équilibrée, dualité qui, par ailleurs, a toujours existé au fond, tout autant que en rapport avec l’extérieur ou encore de manière interne à un ordre au sein duquel il ne fait nul doute qu’il y a deux niveaux d’adeptat: il y a de « simples soldats » et des Chevaliers.

  

Cette situation est comparable sinon commune avec celle de l’Ordre de Malte où les adhérents ne sont pas membres de l’Ordre Souverain, et c’est ainsi d’une part que l’on peut être membre de l’Ordre sans être Chevalier et Chevalier sans être de l’Ordre Souverain.

Publié dans : L'ordre des Templiers |le 22 janvier, 2007 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 13 septembre, 2009 à 11:41 CHIRHO écrit:

    Une bien belle description des symboliques autour du Gonfanon Baussant.
    Manque à mon humble avis la definition de base d’un Baussant à savoir un oriflamme bicolore dont les couleurs variaient selon les seigneuries ou roys.
    D’atre part, même si la Croix pattée rouge (Sang de CHRIST) est apparue après la première forme du bauceant vierge sa situation dans l’étendard et sa couleur ont elles aussi leurs importance.
    NON NOBIS DOMINE, NON NOBIS SED NOMINI TUO DA GLORIAM !

  2. le 28 octobre, 2011 à 18:02 VALETTE écrit:

    Le sinople désigne la couleur verte, et non pas « l’argent » (le blanc)! Quant à vos explications,je vous en laisse la responsabilité…

  3. le 2 janvier, 2015 à 13:31 Amaury Massalis écrit:

    Effectivement l’Ordre du Temple ne cesse de fasciner.
    Je vous propose un blog qui pourrait vous intéresser et vous surprendre.
    http://orden-de-chevalerie.org

    Vous y trouverez une Lumière certaine.
    Cordialement

    Amaury

Laisser un commentaire

Rackam |
Unité Dharma |
Thorgrime-le-rancunier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon Chemin
| l'Islam Vrai
| Blog de l'Aumônerie Secteur...