Archive pour le 22 janvier, 2007

LES POSSIBILITÉS D’UN CHEVALIER

4.gif

LES POSSIBILITÉS D’UN CHEVALIER 

  

  

La première est d’ouvrir sa maison et de transmettre les enseignements de l’Ordre selon le rite et les textes officiels. 

  

Cette maison qui dépendra de la Commanderie du secteur ou de la Commanderie Régionale, à défaut de la Commanderie Générale. 

  

Toute Maison peut disposer de vassalités appelées Loges, Banques, Fermes, Granges ou Ateliers sur lesquels elle gouverne. 

  

Il n’existe aucune condition sauf à déclarer vouloir transmettre fidèlement les idéaux, principes et préceptes et à n’utiliser à cette fin que des éléments fournis par la Commanderie Générale. Dès sa demande, tout Chevalier reçoit patente valant commande d’agir. 

  

Les éventuels membres de la maison concernée seront des novices jusqu’à leur admission définitive qui ne peut intervenir que lorsqu’ils auront été faits frères du Temple ou chevaliers puisqu’on ne peut entrer au Temple que sous cette première condition. 

  

Lorsqu’un membre de la maison nouvelle aura suivi assidûment les enseignements et qu’il a prouvé par des actes qu’il est digne, il sera alors intronisé frère du Temple et après un nouveau temps d’observation, il sera fait chevalier sur la proposition du maître de maison qui devient son parrain et assurera sa défense. 

  

Toute Maison peut devenir Commanderie selon les possibilités du secteur géographique. Les Commandeurs ont mission de développer et de gérer une commanderie et commandent à toutes les Maisons se son secteur. Tout Chevalier peut porter sa candidature à une Commanderie. 

  

Les Commanderies et Maisons, pour se développer peuvent créer des activités à caractère artisanal ou servir de relais à des possibilités mises à sa disposition par l’Ordre ou par le réseau des autres membres. 

  

Un Chevalier habile et motivé peut vivre de son activité et développer et créer des emplois. 

  


 

  

Ordre du Temple est une Marque Déposée Propriété de l’Ordre Régulier et Souverain du Temple

Organisation Associative Déclarée Loi 1901 N°2/04137 S/Préf. RAMBOUILLET – 78 – J.O. Réf 142134 801 

Siège Social France : Commanderie des Templiers – Domaine des Templiers – 77890 Elancourt 

Division Française de ORST, EST et ODT International – Siège Social Larnaca Chypre 

X e-mail : ordre-du-temple@ifrance.com 

Publié dans:L'ordre des Templiers |on 22 janvier, 2007 |3 Commentaires »

LE BEAUCEANT

orderoftemplars.gif

LE BEAUCEANT 

( ou BAUSSANT) 

  

C’est l’oriflamme de l’Ordre, mi parti de sable et de sinople, c’est à dire moitié blanc, moitié noir. Son symbolisme est à rapprocher de celui du Yin et du Yang, mais au delà, il est symbole « d’épaisseur » et d’inverse.

  

C’est aussi le symbole de la permanente opposition du bien et du mal. Le Bien pouvant être à tout moment le mal de quelqu’un, comme c’est le cas par exemple dans une croisade où certaines victimes sont bien innocentes… C’est aussi pour le noir la somme de toutes les couleurs et pour le blanc la soustraction de celles-ci, et donc leur réunion à part égale. C’est le symbole parfait de l’Harmonie entre Lumière et Ténèbres, sachant que la Lumière jaillit ou naît des Ténèbres. Dans le beauceant, les Ténèbres dominent la Lumière pour lui permettre de naître, ceci implique aussi que l’inconnu – de l’homme en tout cas, augmente au fur et à mesure que sa connaissance s’accroît, ce qui signifie que c’est le noir que l’on cherche à comprendre.

  

Cela implique pour un vrai Chevalier une poursuite ( quête ) des Ténèbres ( dans le sens positif du terme ) pour les vaincre et les transformer en lumière, et non pas une quête de la lumière en temps que telle. Cela implique aussi que tout Chevalier vrai « est lumière » ou, pour le moins, la porte, la transmet, l’offre, mais ne la cherche plus au sens premier du terme.

  

Une légende véhicule que le Beauceant aurait été vu avec deux faces, l’une blanche, l’autre noire, évoquant ainsi un ordre dual. De tels étendards, s’ils ont existé avaient certainement une raison simplement décorative ou encore, peut-être pour tromper un ennemi connaissant trop bien la puissance de l’armée qui avançait derrière le Beauceant.

La dualité évoquée symbolisait aussi le combat permanent entre bien et mal, mais aussi le fait qu’une face cache l’autre et vice-versa dans une dualité parfaitement équilibrée, dualité qui, par ailleurs, a toujours existé au fond, tout autant que en rapport avec l’extérieur ou encore de manière interne à un ordre au sein duquel il ne fait nul doute qu’il y a deux niveaux d’adeptat: il y a de « simples soldats » et des Chevaliers.

  

Cette situation est comparable sinon commune avec celle de l’Ordre de Malte où les adhérents ne sont pas membres de l’Ordre Souverain, et c’est ainsi d’une part que l’on peut être membre de l’Ordre sans être Chevalier et Chevalier sans être de l’Ordre Souverain.

Publié dans:L'ordre des Templiers |on 22 janvier, 2007 |3 Commentaires »

LE 2° CAVALIER DU SCEAU DES TEMPLIERS

sigillotemplare01.gif

LE 2° CAVALIER DU SCEAU

  

Le deuxième cavalier du sceau des Templiers, est le KAH des Anciens Egyptiens du rite de Mitsraïm, c’est à dire le double de l’être, en réalité le double « astral » qui rend invincible. C’est aussi, par extension symbolique le Chevalier disparu, frère d’arme, héros réel ou de légende auquel le Chevalier s’identifie ou duquel il attend assistance morale. Dans ce second sens, c’est à ce « double » qu’est relié le Chevalier par sa cordelette comme dans une union de forces. 

  

Les deux boucliers constituent le double symbole de foi et de fraternité. 

  

La double lance, elle-même, représente l’union des croyances d’orient et d’occident, en quelque sorte l’union judéo-chrétienne et islamiste, considérée comme « idéal », c’est à dire comme objectif d’action et d’union pour le bien de l’humanité, et, par-delà, symbole d’union et de paix. 

  

Un seul cheval est symbole d’une même vie contenant par -delà les différences une même origine, une même foi et une même destinée. 

  

La forme même du sceau symbolise sur le plan ésotérique l’Axe Zodiacal reliant les Gémeaux au Centaure. 

  

Le symbolisme est complexe : tout d’abord l’allusion vise la dualité. Les gémeaux sont deux c’est à dire un double. Il sont aussi rapides, habiles et audacieux et savent frapper avec précision et au bon moment, comme doit le faire un vrai chevalier. 

  

Le symbole de l’être double est très complexe et induit aussi la dualité des sentiments. 

  

L’axe avec le Centaure vise le rappel au bénéfice de la sagesse. Le Centaure, Chiron, symbolise non seulement la sagesse nécessaire au vrai chevalier mais il est aussi le gardien qui doit sans cesse rappeler à l’esprit du guerrier  en même temps qu’il doit veiller à ce que le vrai chevalier n’oublie jamais, au-delà de la dualité de l’être, ses origines et ses liens au chaînage de la vie, notamment par la mixité homme et animal qui indique aussi l’évolution de la vie. 

  

Cet axe zodiacal est aussi celui qui indique Orion, la Constellation du rêve transcendé en perfection que nous devons toujours avoir en objectif. C’est en quelque sorte un axe de vie. 

  

Publié dans:L'ordre des Templiers |on 22 janvier, 2007 |4 Commentaires »

SUCCESSIONS SPIRITUELLES

templari7nn.jpg

LES MULTIPLES 

SUCCESSIONS SPIRITUELLES 

  

Les Maîtres dispersés allaient dans différentes directions, partout à la face du Monde  » reconstruire  » le Temple. 

  

Certains furent les Instigateurs de la Franc Maçonnerie, à preuve qu’elle s’en réclame elle-même sans cesse, et que la Tradition fait du Duc de MONTAGU ou MONTAIGU, cité dans les Célèbres Constitutions d’ANDERSON, fut, selon certains, le descendant direct de PIERRE DE MONTAGU ou MONTAIGU, Grand Maître de l’ORDRE du TEMPLE de 1219 à 1232, ceci ne pouvant encore qu’ajouter à la croyance qui fait de la Maçonnerie la Fille, au moins spirituelle de l’Ordre. 

  

Encore faut-il préciser que le rite maçonnique le plus ancien, dit rite d’HRODOM et de KILWINNING, selon les sources les plus sérieuses aurait été créé par des Templiers et des Compagnons bâtisseurs en accord avec Robert BRUCE. 

  

D’autres avec des sensibilités différentes firent d’autres choses. 

  

Certains Templiers s’étant échappés vers l’Italie, il faut leur attribuer les enseignements « studia humanista » des Oratores « Poetae » ou Humanistae », qui comprenaient les Sciences du Verbe, Grammaire, Rhétorique, poétique, et qui prônaient le libre développement de l’Homme. 

  

En Italie toujours, Pétrarque recherche la sagesse des  » païens éclairés »… Léonardo BRUNI décrit l’idéal de la personne cultivée et politiquement active… 

Un convent Templier a été tenu à SPALATC en Dalmatie en 1318. Un texte conservé à la Grande Bibliothèque d’Istanbul apporte la preuve de cette réunion sans autre commentaires. 

  

Dès 1348, on assiste à la fondation de l’Université de PRAGUE par CHARLES IV, sous l’impulsion de son Chancelier Jean de NEUMAR, dont on suppose qu’il appartenait à la Commanderie du Temple de METZ. 

  

Sur ce Propos, Jean de NEUMAR a d’ailleurs rencontré PETRARQUE à PRAGUE en 1350. 

  

Tout le « mouvement » Humaniste qui va exploser, sera imprégné des Sublimes Connaissances et va se développer avec elles. 

  

- Nous conseillons au lecteur, sur ce propos, de voir les enseignements de Johannes REUCHLIN en Autriche, qui furent par la suite repris par Eliphas LEVI, puis par PAPUS et Stanislas de GUAITA ( lequel s’installa en Lorraine près d’un ancien site Templier ), mais avant eux, par SIDENIUS, BARUCHIAS, etc… et notamment sur le secret du VERBE, le seul mot capable d’accomplir des miracles… 

  

En FRANCE, l’ORDRE caché, s’est perpétué également directement par les COMPAGNONS CENTONARIS DU SAINT DEVOIR ( Aujourd’hui encore en activité ), et notamment à partir d’un « Convent » de STRASBOURG en 1315 qui développa le Rite du Trait » qui est de pure Chevalerie Templière, puis indirectement au travers des MASSENIES qui apparurent dès 1355/1360. 

  

L’ORDRE DE VIRECOURT qui avait été créé dès 1311 par Raynaud de CHANOT de VIRECOURT et ses fils se développa à cette époque mais demeura très secret et eut peu d’adeptes, même s’il en subsiste certaines traces encore récentes. 

  

Des « Groupes » se lièrent notamment au sein des LOGES DE JUNON ( la Sospita Mater Regina, Juno en latin, divinité à rapprocher de HERA la Grecque et de la TANIT de CARTHAGE ), calquées sur les Loges de SPARTE. 

  

Ces loges se multiplièrent, y compris à l’étranger sous des noms tels que JUVENIS, JUVENTUS…, mais ne devinrent jamais importantes et furent absorbées généralement par les Massenies. 

  

A noter qu’au Temple, JUNON est aussi ISIS et DEMETER, « divinité » de la Défense, de la Fécondité et du Pouvoir. 

  

A noter aussi que certaines Commanderies s’organisèrent très vite sous d’autres formes, cas notamment de la Commanderie de CERNON, dite Commanderie Sainte EULALIE, qui commandait à LA COUVERTOIRADE et à LA CAVALERIE, ou à celle de SONBERNOM, petite commune de l’Ouest Dijonnais. 

  

D’autres Templiers dès 1307 fuient vers l’Espagne, en particulier auprès des Commanderies de BURGOS en Vieille Castille et à GERONE en Catalogne, mais aussi en NAVARRE et sont à l’origine de la fondation de l’Ordre de CALATRAVA. 

  

D‘autres rallièrent THOMAR au Portugal où le Roi Denis de Portugal eut l’idée de réunir certains les Templiers du Portugal avec certains Templiers d’Espagne et avec ceux échappés de France en un Nouvel Ordre qui prit pour Nom « ORDRE DU CHRIST ». Cet ordre fut reconnut comme tel par le Pape Jean XXII le 14 Mars 1319. Il fut légalement fondé en Ordre religieux en 1325 par Gils MARTINEZ. Cet Ordre a été sécularisé en 1789. IL est aujourd’hui exclusivement religieux. Son Grand Maître actuel est Fernando Pinto Peirera de Fontès. ( à ne confondre en rien avec Souza Fontes ). Seules quelques reliques et une messe annuelle pour les « frères anciens » avec une supplique « à Gualdim  » Maître fondateur de l’Ordre ancien » ( fils de Hugues de Payens), rappelle les liens avec l’Ordre du Temple. 

  

Nous l’avons dit, les Sublimes Connaissances furent à nouveau dispersées … 

  

Elles le sont toujours, la reconstruction est à peine commencée … 

  

Nombreux toutefois parmi ces Initiés sont demeurés à travers le Temps fidèles GARDIENS DU TEMPLE, VEILLEURS SILENCIEUX …, gardiens du VERBE, quelquefois dissimulé sous le V.I.T.R.I.O.L, abréviation de Visita Interiora Terrae, Rectificando Invenia, Occultum Lapidem… 

  

Notons ici encore pour le lecteur que cette croyance qui assimile quelquefois le VERBE du VITRIOL, est à rapprocher aussi de la croyance R+C+ qui parle d’un esprit vivant à l’intérieur de la Terre, d’où, pour certains, immortalité par le retour à la poussière et le renouveau issu de la putréfaction… 

  

  

PROPOS SUR LA SUCCESSION LARMENIUS 

  

Il n’est pas question ici, de reprendre toute cette histoire, mais de préciser certains points. 

  

La succession, dite « succession  LARMENIUS, émane d’une charte dite « TABULA AUREA LARMENII » datée du 13 Février 1324, qui n’aurait été en réalité connue visiblement qu’en 1864 (?). 

  

Quoiqu’il en soit, le document LARMENIUS est un faux confectionné par le Jésuite BONNANI ( pour le Bénéfice du Duc de BRISSAC ?). 

  

Ce fait est d’ailleurs confirmé par LEDRU et MORISSON de GREENFIELD, spécialiste Anglais de l’époque, membre lui-même du mouvement « FABRE-PALAPRAT », ainsi que par le Vicomte d’ASFELD. 

  

L’encre, la calligraphie, la paléographie, l’épaisseur du parchemin, en témoignent de surcroît. Il est vrai que LARMENIUS est un Nom qui ne figure en aucune pièce du procès ! – La Traduction du texte en a été réalisée par Elizé de MONTAGNAC en 1864, chez Auguste AUBRY, Imprimeur Editeur à PARIS. 

  

« L’inventeur », et bénéficiaire « indirect », en était le Pharmacien Bernard-Raymond FABRE PALAPRAT. Ce fait a d’ailleurs été confirmé aussi par feu Laurent DAILLIEZ dans sa thèse de Doctorat d’Histoire. Il est encore contrôlable au fait que l’ensemble des écrits avaient été déposés à la Bibliothèque Nationale ( dépôt VERNOIS ). Reconnaissons toutefois à PALAPRAT de réelles qualités d’ésotériste, même si Daniel LIGOU le qualifie de remarquable fantaisiste. 

  

En effet, le document LARMENIUS ( Johannès – Marcus ), au delà d’un simple faux, doit être perçu comme une réelle réalisation constructive pour atteindre un objectif spirituel lequel n’a pas moins de qualité que n’importe quelle création, compris celle qui fait de la Maçonnerie l’héritière du Temple! Les documents « historiques » du fonds PALAPRAT sont conservés à la Bibliothèque Nationale où ils ont été déposés en 1871 ( dépôt VERNOIS ) et la Charte LARMENIUS quant à elle, est actuellement conservée à Londres. 

A noter sur l’ensemble de « l’oeuvre » PALAPRAT-LARMENIUS, que sa filiation directe en est réellement éteinte. Son dernier conseil s’est déroulé le 12 Mars 1841, après s’être divisée en 2, voire 3 Branches dès 1838 ( GUIGNECQ, MORETON de CHABRILLON, JUGE … ?) 

  

Une « relance » de développement des idées de PALAPRAT prend jour à BRUXELLES courant 1934 à la diligence de 4 anciens commissaires de Police, Emile BRIFFAUT, Alfred NEVUWTH, Théodore CORRIAS et Emile, Isaac VANDERBERG ou VANDENBERG, qui créent à cette fin un rituel maçonnique complet. VANDENBERG aurait quitté cette organisation pour y revenir en 1939 avec  Antonia Campello Pinta de Souza Fontès et le Français GUERARDELLE.

  

Ceci renforce encore  ce « folklore », surtout lorsqu’on sait que GUERARDELLE serait encore G. de V., alias Jacques GAVILLET, « Grand Maître » de la Commanderie ( templière ) de VAULX … 

  

Une autre voie semble encore devoir être signalée avec intérêt, créée vers 1945 par Don Jaime de Mora y Aragon, cousin de Souza Fontès, et frère de l’actuelle Reine FABIOLA, lequel serait, paraît-il, connu pour avoir appartenu à une loge nazie…, mais ceci est encore une autre histoire… à prendre au pur conditionnel. 

  

Pour être plus précis encore, la filiation LARMENIUS est également revendiquée par d’autres groupes, et notamment la filiation dite « Suza Fontès », renforcée de « formes » Hispanisantes, ou encore la voie PELADAN qui prit davantage forme Maçonnique. 

  

L’Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem, dont l’actuel S…G…M… est Pierre, Denis, Joseph, Ghislain PASLEAU ( Avènement en 1965 à HUY, Belgique ) en est également descendant via la succession « Constantin PLATOUNOFF ». 

  

Nous n’aborderons pas les filiations Apostolique, « Lignée Vieille Catholique Romaine », ou la « Lignée Syrienne Orthodoxe d’Antioche », le folklore a ses limites que nous ne franchirons pas, surtout parce que nous nous sentons au moins partiellement alliés moralement à l’ensemble de l’oeuvre de Frère P.P. PASLEAU, dont la quête Chevaleresque n’est plus à démontrer au delà, justement, de tout folklore. 

  

PROPOS FINAL SUR LA MAçONNERIE 

  

Il n’est pas question ici, une fois encore, de reprendre tout ce qui a été déclaré, dit, écrit ou publié sur le sujet mais d’être radicale : 

  

La Franc-Maçonnerie n’est pas la continuité du Temple

  

Si le Temple a largement inspiré cette Vénérable Confrairie et spécifiquement dans ses hauts-grades (le mot de Passe du 33ème degré du REAA n’est-il pas YALOM ED SEUQCAJ ?), il n’est pas pour autant question d’autre chose que de recherche d’inspiration et aucune légende sur le sujet ne peut apporter quelque commencement de preuve que ce soit , inclus les légendes de la Stricte Observance et du Baron de Hund. 

  

Il n’ y a rien d’autre à dire ici sur le sujet sinon que de rappeler l’une des devises de la Chevalerie du Temple : 

  

Un Chevalier Arabe n’est pas un Chevalier, c’est un Arabe. 

Un Chevalier Teuton n’est pas un Chevalier, c’est un Teuton. 

Une chevaleresse n’est pas un Chevalier, c’est une Femme. 

Un Chevalier d’un ordre maçonnique n’est pas un Chevalier, c’est un maçon.

Publié dans:L'ordre des Templiers |on 22 janvier, 2007 |Pas de commentaires »

LA CHAINE ININTERROMPUE DES TEMPLIERS (Ou l’après 1307)

super04.jpg

LA CHAINE ININTERROMPUE 

(Ou l’après 1307) 

  

Pour les historiens et les purs juristes, la Vie de l’Ordre était achevée. 

  

Si CLEMENT V a réellement dissout l’ORDRE en 1312, il n’a dissout l’ORDRE que dans son aspect RELIGIEUX, même si, bien entendu, l’ORDRE se trouvait, sans conteste, et par le même fait, également dissout MILITAIREMENT. 

  

Toutefois, l’Ordre en termes d’ assemblée spirituelle ne prit pas fin pour autant et moins encore ses autres structures qui n’étaient pas concernées,, en particulier son ordre intérieur. Sur ce propos, il est pertinent de relever certaines «énigmes de l’histoire, notamment la survivance réelle – et continue de l’ordre en Angleterre -, mais aussi le convent de 1312 qui se tint sur  les lieux mêmes de la création initiale, ou encore la création en 1314 de l’Ordre du Temple et des Compagnons Centonarii qui se scinda selon les sources en 1321 en deux « confrairies », l’une chevaleresque, l’autre compagnonnique, laquelle a toujours son siège dans la région de Nevers. 

  

Une « trace  quasi indélébile » de survivance a par ailleurs été relevée au lieudit « Le Temple sur Authie » (actuellement Conchil le Temple, Pas de Calais), ou à Montreuil sur Mer (62), mais aussi en différents endroits, comme le prieuré de l’Agnel … 

  

Quoi qu’il en soit, l’esprit survécu et l’Ordre retourna à l’invisible dans le même esprit et les mêmes conditions que les années précédent sa fondation. Depuis, son Histoire continue… à preuve Ta présence ici et la nôtre ! 

  

La Tradition reprit son chemin. Elle passa de Jacques de MOLAY à Raynaud de CHANOT de VIRECOURT,  » extirpé de justesse  » de la dernière bataille de l’Ordre, en forêt de BROUVELIEURES en un endroit appelé FREMIFONTAINE, où les derniers Templiers tombèrent dans un combat à Un contre Dix et presque désarmés, face à la puissante Armée du Duc THIBAUT II de Lorraine qui voulait plaire à Philippe LE BEL. 

  

Notons pour l’Histoire que Raynaud de CHANOT de VIRECOURT avait lui-même été arrêté le 26 Mai 1311 en compagnie de Jean de CHAALI et de Pierre de MADIES, et qu’ils furent relâchés peu après… Raynaud avait été appelé par Jacques de MOLAY en sa prison du Temple. Il lui transmit les Sublimes Connaissances sauf une « clef » que détenait un  » Moine Rouge  » avec pour charge de la lui transmettre au dernier moment:  » Si DIEU le VEUT  » avait dit le Maître… 

C‘est ce  » Moine Rouge  » qui extirpa d’ultime justesse Robert de CHANOT de VIRECOURT de la Bataille de FREMIFONTAINE où étaient venus tomber les derniers Chevaliers de METZ, de MOUSSON, de PIERREVILLERS, de VIRECOURT, de GELUCOURT, de CHARMES , de VIC … Il l’initia aux derniers secrets. C’est encore lui qui, quelques années plus tard vint chercher le Fils cadet de Raynaud pour l’emmener en Gavarnie et au Rhazes. Ce  » Moine Rouge  » n’était autre que Thibaud GAUDIN, Ancien Grand-Maître de l’ORDRE DU TEMPLE, XXI° du Titre, le  » Chaînon Manquant « …, prétendu mort pour se dissimuler du Roi deux années avant l’installation de Molay, précisément à la suite d’une altercation avec le Roi qui, selon lui laissait augurer de mauvais présages … 

  

Sur sa fin, nul doute que Jacques de MOLAY instruisit aussi Robert de BEAUJEU des choses de l’Ordre, ainsi que Pierre d’AUMONT, lequel quitta la France pour l’Ecosse et devint Maître Réformateur de l’Ordre à ABERDEEN, où il créa l’ORDRE CHEVALERESQUE D’ABERDEEN, au sein duquel  » dirigeait  » la  » FRATERNITE DES FRERES EN EXIL « ,  base de création de l’ORDRE DU CHARDON, que l’on retrouve aussi en Lorraine et qui subsiste toujours. Le  » Moine Rouge « , lui, comme Ancien Grand Maître, détenait la « clef des clefs », véritable LIEN entre les autres et leur permettant de s’assembler. Une fois encore, l’ensemble des  » Sublimes Connaissances  » étaient dispersées…. 

  

Robert de BEAUJEU, Pierre d’AUMONT et Raynaud de CHANOT de VIRECOURT jurèrent qu’ils ne transmettraient leurs enseignements que par parties et selon la tradition, de manière à disperser à nouveau sur toute la face de la Terre l’ensemble des Sublimes Connaissances. Par ce serment, ils décidèrent qu’aucun ne les détiendrait à nouveau toutes, sauf par lui de les réunir seul et sans aide et de le prouver en convent aux Maîtres invisibles dans une cérémonie au cours de laquelle il remettrait ses preuves qui consistent en la réunion des trois glaives dont les initiales des noms forment le nom « LEX » ( Loi ), en déclamant devant eux la formule ancestrale gravée dans la pierre en un seul endroit au monde et en réalisant le prodige de mêler dans le même flot les  » Eaux du début et celles de la Fin « … Raynaud de CHANOT de VIRECOURT passa le reste de sa Vie sur les Routes de l’Europe, ayant pour refuge principal un Château de VAUDEMONT-SION … Son fils cadet fit de même en Espagne. Raynaud de CHANOT était un personnage quasi légendaire dès son entrée au Temple. Il était en effet le fils de Guillaume le Faidit et de Béatrice la Cathare. Il épousa Marguerite de MOUTREY, ( petit fief voisin de VIRECOURT ) en 1280. Elle lui donna 5 fils. Il fut avec eux le fondateur de l’Ordre de Virecourt. 

  

L’ORDRE, à nouveau, retournait à l’Invisible … 

Publié dans:L'ordre des Templiers |on 22 janvier, 2007 |2 Commentaires »

LA CONSTITUTION VISIBLE DES TEMPLIERS

templars45698.jpg

LA CONSTITUTION VISIBLE

  

  

La constitution visible de l’Ordre du Temple a pour point de départ une rencontre au couvent du mont OLYMPE en 1054, de différents Initiés sous la conduite du Grand Maître Michel PSELLOS, lui-même conseiller d’ISAAC 1° COMNENE. 

  

La Tradition fait également état de la présence de Frédéric de LORRAINE et de Gérard de BOURGOGNE, lesquels occuperont tous deux quelques années plus tard le trône de Saint Pierre, l’un Frédéric de LORRAINE dès 1057 sous le Nom d’ETIENNE IX, l’autre en 1059 sous le Nom de NICOLAS II. La Tradition rapporte que c’est à cette occasion que Michel PSELLOS aurait également reçu voeu de Odon de LAGERY, alors âgé de 12 ans et qui occupera à son tour le Trône de Saint Pierre sous le Nom d’URBAIN II en 1088. 

  

Nous préciserons ici au lecteur que Michel PSELLOS, le Byzantin, fut en son temps le restaurateur de la Philosophie Platonicienne, laquelle n’est pas sans rapport avec l’ORDRE, lorsque l’on sait que l’un des buts de l’ORDRE était d’établir la République d’ Europe, voire une République Universelle basée sur les principes de l’ATLANTIDE … 

  

Michel PSELLOS avait été initié aussi par le Maître arabe IBN AL – HAYTHAM HAZIN, qui passait pour l’un des Physiciens et Mathématiciens les plus habiles du Monde, adepte et développeur lui-même des théories Pythagoriciennes. Ils créent entre eux l’ORDRE DE LA FRATERNITE D’ORIENT ET DE THEBES, Ordre ayant lui-même survécu aux ans et qui a été le « moteur de la résurgence visible » de notre Ordre, dans sa forme actuelle en 1989… 

  

Parmi eux, il faut signaler la présence importante de DAR EL HICKMET HAKEM, le Fondateur au CAIRE vers 1010 – 1015, de la  » Maison de la Sagesse « . 

  

Trente deux années plus tard, soit en 1086, avec l’appui de Odon de LAGERY, lequel occupera le Trône de Saint Pierre en 1088 sous le nom de URBAIN II, ils rencontrent l’ORDRE d’AMUS et désignent les Neuf Chevaliers qui seront chargés de créer la Nouvelle Chevalerie et effectuent un important voyage qui s’achèvera en 1090 à CONSTANTINOPLE, où Hugues de Payens et Godefroy de Saint Omer sont initiés par Michel PSELLOS. 

  

En 1095, Odon de LAGERY, devenu URBAIN II, lance l’appel pour la première croisade. 

Dans ce contexte, Hugues de PAYENS et GODEFROY de SAINT OMER poursuivent leur objectif et retrouvent Michel PSELLOS à CONSTANTINOPLE aux premiers jours de 1096, en compagnie du Grand Maître MELCHISSEDEC Le Jeune, qui était l’Ambassadeur de HASSAN BEN SABBAH, Chef des HASHASHINS, connu sous le nom « du VIEUX de la MONTAGNE ». 

  

Ils sont alors initiés par lui aux secrets de PYTHAGORE et aux Sublimes Connaissances d’ Orient et d’Occident, d’où, à l’origine visible les 7 degrés initiatiques de l’Islam chez les Templiers. Ils poursuivent leur « voyage » jusqu’en Orient où ils sont présentés à Nicolas STETATE qui présidait aux corporations de bâtisseurs byzantins. Avec deux religieux, l’un de CITEAUX, frère Jean, l’autre de LUXEUIL, Frère Jacques, ils pénètrent en AGARTHA au Tibet par la porte du Soleil d’Or au symbole du soleil flamboyant. 

De retour en France, ils rencontrent Etienne HARDING qui organise une rencontre entre Hugues de PAYENS et THEOCLETE, 77ème Successeur de Saint Jean. C’est de Théoclète que Hugues détient ses pouvoirs sur l’Ordre en création. 

  

Hugues et Godefroy passèrent alors Neuf années à recruter, et à initier à leur tour, ceux qui deviendront leurs compagnons d’armes dans leur projet fabuleux, et parmi les premiers desquels il faut compter Guy de BOURGOGNE, qui occupera, lui aussi le Trône de Saint Pierre en 1119 sous le Nom de CALIXTE II. 

  

Dans le courant de l’Automne-Hiver 1098/1099, de retour en France, ils rencontrent Bernard FONTAINE (dit de CLAIRVAUX), lequel les initie aux secrets des Ordres religieux et les conduit à donner à leur projet la forme d’un Ordre Religieux Militaire. 

  

Au Solstice d’été de l’année suivante, le 24 Juin 1099, ils fondent l’ORDRE DU TEMPLE. La cérémonie se déroule dans une étrange propriété de la Forêt de TROYES, aujourd’hui appelée Forêt du TEMPLE, elle-même au sein de la Forêt d’ORIENT. Les soubassements de cette propriété, qui deviendra par la suite le siège secret de l’Ordre, reposent sur ONZE Colonnes. Ils Jurent secret, chacun adossé à l’une des Onze colonnes de ce lieu. 

  

Ils sont 9 Chevaliers de France, accompagnés de Bernard de CLAIRVAUX et de Guy de BOURGOGNE, le  » Moine Rouge  » ( en raison des couleurs de sa famille ), qui porte épée sur la lame de laquelle on peut lire  » In Nomine Domini « … encore une fois ONZE… 

  

Cette épée, selon une certaine tradition, sera remise plus tard, au cours de la Troisième Croisade, à un Roi venu de Bretagne, qui deviendra presque tout aussi légendaire que celui auquel il se réfère, savoir ARTHUR, et ce, sous le Nom de RICHARD 1°, surnommé « Coeur de Lion ». Relevons ici pour l’anecdote historique que ce Roi Anglais reçut les sacrements du mariage dans l’Eglise Templière de CHYPRE et que, plus tard, il fut inhumé à CHALUS, en France, sous protectorat de l’Ordre du Temple. Son gisant est aujourd’hui en l’Abbaye de FONTEVRAUX. Toute cette période du Moyen Age est marquée, nous l’avons dit, par la Domination Intellectuelle et la Puissance de l’Eglise de Rome. Il est Impossible à quiconque de ne point plier genoux devant elle et son épouvantable et toute permanente Inquisition rôdant partout. 

  

Les Initiateurs de l’ORDRE le savent et c’est d’ailleurs la raison de leur longue préparation qui ne compte pas moins de 3 successeurs au Trône de Saint Pierre dans les « fondateurs ». 

  

Bernard de CLAIRVAUX, lui aussi est « choisi » ( par Etienne HARDING ) et formé selon ce grand dessein et c’est ce qui explique notamment son immense notoriété alors qu’il n’était encore âgé que d’une vingtaine d’années… 

  

C’est lui qui fut choisi pour « structurer » le projet sous forme d’un ordre religieux, partant du principe que c’est de l’intérieur d’une telle puissance que l’on peut agir et non de l’extérieur… 

  

L’Ordre est officiellement créé le 24 Décembre 1118 à JERUSALEM sous la Règle provisoire des Chanoines de Saint Augustin et placés sous le Régime de l’Ordre du Saint Sépulcre. Dans le même temps, ils créent l’Ordre des Compagnons, qui allait devenir  » l’aile de génie  » des Templiers. 

  

Dans le courant de l’hiver 1127, en FRANCE, ils achèvent les préparatifs de cette structuration en Ordre Militaire et Religieux et Bernard de CLAIRVAUX, sous autorité de Hugues de CHAMPAGNE, ( Oncle de Hugues de PAYENS et Véritable Fondateur de CLAIRVAUX), réunit un Concile à TROYES le 13 Janvier 1128 pour donner une Règle propre à l’Ordre « dit de la Milice du Christ ». 

  

Cette première règle n’a pas été écrite par l’Abbé de CLAIRVAUX, elle avait été préparée par les Chevaliers eux-mêmes, aidés en cela de Guy de BOURGOGNE et d’Etienne, Patriarche de Jérusalem. Cette première règle fait référence au Pape SAINT HILAIRE. Elle fut « remise » à l’Ordre par le Pape HONORIUS. Elle est frappée de la Croix Papale ( Croix de Lorraine ), dont le sceau a été inversé. 

  

La mission de Bernard de CLAIRVAUX quant à la règle fut sa mise en forme calligraphiée latine, encore que cette tâche fut confiée à un humble moine-scribe répondant au nom de Jehan Mihiel ( Jean Michel ). Le seul écrit de l’Abbé de CLAIRVAUX pour l’Ordre fut le LIBER AD MILITES TEMPLI: DE LAUDE NOVAE MILITIAE » ( Livre à l’adresse des Chevaliers du Temple: Eloge de la Nouvelle Chevalerie. Encore que ce livre a également été écrit à la demande de Hugues de Payens comme le prouve le texte lui-même dans son prologue: 

  

            « …. Semel, et secundo, et tertio, nisi falor, petisti ma me, Hugo carissime, ut tibi tuisque commilitonibus scriberen exhortationis sermonem, et adversus hostilem tyrannidem, quia lanceam non liceret, stilum vibrarem, asserens vobis non parum fore adiutorii, si quos armis non possum, litteris animarem. 

  

            Ce qui se traduit par:  » A une, à deux, et même à trois reprises, sauf erreur, mon très cher Hugues, tu as sollicité de ma part un écrit d’exhortation pour toi et tes compagnons d’armes. Tu voulais que, à défaut de lance, je brandisse ma plume contre le tyran ennemi, car tu m’affirmais que je vous serais d’un réel secours, en vous encourageant par un texte, puisque je ne puis le faire par les armes. 

  

Il s’agit d’ailleurs plus d’un « Traité » que d’un texte ou d’une lettre. La datation de celui-ci n’est d’ailleurs pas certaine: il a des dates limites qui sont, d’une part le Concile de Troyes de 1129 et la date de mort de Hugues de Payns, soit 1136. Les historiens les plus sérieux datent ce texte de l’année qui a  suivi le Concile de Troyes, soit 1130, tout au moins pour sa publication. 

  

LA PREMIERE COMMANDERIE 

  

La Première « Commanderie » fut installée à LA COUDRIE près de CHALLANS en Vendée. Hugues de Payens estimait en effet que le siège devait être éloigné de la direction des choses de l’état et aussi près de l’Océan pour pouvoir mettre en chantier ce qui allait rapidement devenir la première marine du monde. Et ainsi commence, de manière visible, et déjà complexe, ce qui sera l’Histoire de l’ORDRE DU TEMPLE

Publié dans:L'ordre des Templiers |on 22 janvier, 2007 |Pas de commentaires »

Rackam |
Unité Dharma |
Thorgrime-le-rancunier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon Chemin
| l'Islam Vrai
| Blog de l'Aumônerie Secteur...