INDEX ONOMASTIQUE

templer14.jpg

Alexis III Ange (1153 – 1211/1212):

Empereur byzantin de 1195 à 1203. Il parvint au pouvoir en aveuglant son frère, l’empereur Isaac II. Toutefois, son neveu Alexis IV, le fils d’Isaac, vengea son père en 1203 en s’emparant de Constantinople avec l’aide des croisés. S’étant enfui de Constantinople, il fut plus tard capturé et enfermé dans un monastère pour y passer le reste de sa vie.

Alexis IV Ange (1182/1183 – 1204):

Empereur conjoint de l’Empire byzantin avec Isaac II de 1203 à 1204. Bien qu’il soit parvenu au pouvoir en déposant son oncle l’usurpateur, Alexis III, avec la collaboration des chefs de l’armée croisée, les relations avec ces derniers s’envenimèrent rapidement au cours de l’hiver 1203-1204. Ensuite, en raison de son impossibilité à satisfaire ses engagements envers les croisés et de sa perte de popularité auprès de son entourage, il fut sujet à un coup d’État organisé par la famille Doukas, notamment par Alexis V, et étranglé en prison le 28/29 janvier 1204.

Alexis V Doukas (Murzuphle):

Empereur byzantin en 1204. Son surnom, Murzuphle (Mourtzouphlos), proviendrait de ses épais sourcils qui se rejoignaient au centre. Il devint empereur en exploitant les relations tendues entre les croisés et Alexis IV, et ensuite en faisant étrangler ce dernier. Cependant, son règne fut court car il offrit aux croisés, en usurpant le pouvoir, le prétexte de prendre Constantinople. Il s’enfuit alors en Thrace, où il fut plus tard capturé et condamné à mort.

Baudouin de Flandres (1172 – 1205/1206):

Comte de Flandres et de Hainault, et ensuite empereur de l’Empire latin de Constantinople de 1204 – 1205/1206. Il joua, aux côtés de Boniface de Montferrat et d’Enrico Dandolo, un rôle décisif dans la quatrième croisade. Son élection à la tête du nouvel État latin provoqua d’ailleurs quelques rixes entre lui et Boniface de Montferrat, qui était maintenant vassal de Baudouin. Toutefois, le règne de Baudouin fut de courte durée, car il fut capturé lors d’une expédition près d’Andrinople et enfermé dans une prison, où il mourut de façon mystérieuse.

Blachernes (Palais de):

Le terme Blachernes désigne une petite étendue d’eau située au nord-ouest de Constantinople, dans la Corne d’or. Au Ve siècle, un palais y fut construit sur une hauteur surplombant la ville. Cependant, ce n’est qu’après le XIIe siècle que le palais devint la résidence officielle de l’empereur. Au moment de la prise de Constantinople par les Croisés, le palais renfermait des richesses et des splendeurs incroyables et ses fortifications étaient dites être comparables à celles d’un château.

Boniface de Montferrat (v. 1150 – 1207):

Marquis de Montferrat et roi de Thessalonique de 1204 – 1207. Il dirigea l’armée croisée jusqu’à Constantinople. Toutefois, après la prise de la ville, Baudouin de Flandres fut élu empereur à sa place et Boniface dut se contenter du royaume de Thessalonique. Il mourut lors d’une embuscade bulgare, alors qu’il tentait de maintenir son emprise sur son royaume toujours fragile.

Bosphore:

Détroit reliant la Mer Noire à la Mer de Marmara et sur lequel se trouve la cité de Constantinople. Le Bosphore contribuait à la position stratégique unique de la capitale byzantine: étant étroit, soit 660 mètres de large à son plus petit. La ville possédait un grand contrôle sur les navires qui y circulaient et était protégée davantage contre les attaques des flottes ennemies. De plus, le Bosphore constituait un pont idéal entre les continents de l’Europe et de l’Asie, plaçant Constantinople au carrefour des grandes routes commerciales.

Boucoléon (Palais de):

Palais dominant le bassin réservé à la flottille impériale, composé d’un labyrinthe complexe d’édifices et de jardins. Le palais maintint son importance jusqu’à ce que la Cour impériale se transporte au Palais de Blachernes au XIIe siècle. Le terme Boucoléon est dérivé de l’expression « Bouche de lion », attribué par les voyageurs français impressionnés par les énormes statues de lions qui ornaient le palais.

Choniate, Nicetas (1155/1157 – 1217):

Historien, théologien et administrateur byzantin. Auteur d’une Histoire des Comnènes, il nous offre une version du sac de Constantinople par les Croisés en 1204, mais du point de vue des vaincus. Ses écrits sont donc d’une importance capitale pour la compréhension de la quatrième croisade, car elles complètent les sources occidentales sur l’événement et soulignent l’angoisse ressentie par les Byzantins au moment où les Francs pillaient leur ville.

Clari, Robert de (v. 1170 – v. 1216):

Chevalier originaire de Picardie. Il participa, comme simple soldat, à la quatrième croisade et rédigea dès son retour un récit sur l’expédition intitulé De ceux qui conquirent Constantinople. Son récit demeure aujourd’hui d’une grande importance, car il présente, contrairement à Villehardouin, l’attaque sur Constantinople à travers les yeux des « petits » de l’armée, c’est-à-dire les soldats.

Constantinople:

Capitale de l’Empire byzantin. Autrefois une colonie grecque nommée Byzance, la ville gagna véritablement de l’importance lorsqu’elle fut nommée capitale de l’Empire romain d’Orient par l’Empereur Constantin en 330. Située sur le Bosphore à un endroit fort stratégique pour le commerce, Constantinople bénéficia pendant la majeur partie du Moyen Âge d’une grande prospérité. De plus, son emplacement lui assura une protection contre les nombreuses attaques des ennemis de l’Empire, qu’ils soient Huns, Bulgares ou Musulmans. Sauf pour la prise de 1204, les énormes murs de Constantinople demeurèrent inviolés jusqu’en 1453, date où les Turcs s’emparèrent de la ville et du même coup de l’Empire byzantin.

Corfou (Kerkyra):

Île de la mer Ionienne, offrant un point d’arrêt important pour les voyageurs entre Constantinople et l’Occident. De ce fait, il fut primordial aux Croisés et aux Vénitiens de saisir l’île byzantine lors de leur long périple vers Constantinople.

Corne d’or:

Bras de mer pénétrant dans les terres du côté européen du Bosphore. Constantinople fut fondée sur une masse terrestre triangulaire formée par la Corne d’or et celle-ci favorisa la ville de plusieurs façons. En plus de servir de port naturel aux navires, les Byzantins l’utilisèrent pour défendre leur ville, notamment en la barrant à l’aide d’une énorme chaîne soutenue par des bouées. Ainsi, il était impossible pour une flotte ennemie d’y pénétrer et d’attaquer le flanc maritime nord de la ville.

Dandolo, Enrico (v. 1107 – 1205):

Doge de Venise de 1192 à 1205. Il participa à la quatrième croisade en organisant la flotte vénitienne qui transporta l’armée croisée et en accompagnant cette dernière jusqu’à Constantinople. Bien qu’à un âge très avancé, il figura dans plusieurs des grands événements de l’expédition, enflammé par une haine des Grecs qui, selon certaines légendes, serait due à son aveuglement par un empereur byzantin quelques années plus tôt. Il mourut de causes naturelles peu de temps après la prise de 1204 et fut enterré dans l’Église Sainte-Sophie.

Galata (Tour de):

Établissement sur la rive nord de la Corne d’or, surplombé par une imposante tour. Celle-ci servait d’encrage pour l’énorme chaîne qui rejoignait Constantinople et qui refermait la Corne d’or contre les attaques ennemies. La Tour de Galata possédait donc une valeur stratégique: qui contrôlait la tour contrôlait nécessairement la Corne d’or.

Gunther de Pairis (v. 1150 – 1208/1210):

Poète, historien et théologien latin, originaire de Pairis en Alsace. Dans son Historia Constantinopolitana, Gunther nous décrit le pillage de la Constantinople en 1204 et nous offre une liste des innombrables merveilles et reliques qui y furent découvertes par Martin, son abbé.

Innocent III (1160/1161 – 1216):

Pape de 1198 à 1216. Il ordonna, dès sa nomination, l’organisation d’une quatrième croisade afin de délivrer la sainte ville de Jérusalem des mains des Infidèles. Toutefois, l’expédition échappa rapidement à son contrôle, ce qui eut pour résultat la déviation de l’armée vers Constantinople. Les historiens aujourd’hui demeurent incertains des véritables motifs d’Innocent: aurait-il pu empêcher l’attaque sur Constantinople ou la souhaitait-il? Quoi qu’il en soit, l’Église de Rome en bénéficia grandement.

Isaac II Ange (v. 1156 – 1204):

Empereur de Byzance de 1185 à 1195, et partagea ensuite l’Empire avec son fils Alexis IV de 1203 à 1204. Il atteignit le pouvoir d’Adronic I par usurpation et le perdit de la même façon lorsque son frère, Alexis III, le fit aveugler et emprisonner. Les Croisés utilisèrent le prétexte de la trahison d’Alexis III pour reprendre Constantinople au nom d’Alexis IV en 1203. Ce n’est qu’à ce moment qu’Isaac redevint co-empereur avec son fils, mais de façon figurative car c’est ce dernier qui prit en main l’administration de l’empire. Ce sont d’ailleurs les erreurs d’Alexis IV qui permirent à Alexis V, surnommé Murzuphle, d’usurper de nouveau le pouvoir. Isaac mourut peu de temps après.

Jérusalem:

Ville de la Terre Sainte, également nommée Saint-Sépulcre, puisqu’elle referme le « tombeau » de Jésus Christ. Le but premier de la quatrième croisade était de délivrer cette ville des mains des Musulmans, car celle-ci possédait une grande valeur spirituelle aux yeux des Chrétiens. Des centaines de pèlerinages y étaient en effet effectués à chaque année par des Chrétiens. Toutefois, Jérusalem ne fut jamais reprise par les chevaliers de la quatrième croisade; pour cela, il fallut attendre la sixième croisade.

Morée (Auteur anonyme de la Chronique de)

Nom attribué au Péloponnèse, la péninsule principale de la Grèce, après la quatrième croisade. La Chronique de Morée, dont l’auteur demeure anonyme, aurait été rédigée entre 1324 et 1328. Bien que fortement critiquée pour ses inexactitudes et son caractère souvent légendaire, la chronique nous offre tout de même une nouvelle perspective sur l’histoire de la quatrième croisade, la vision du XIVe siècle, de même qu’une description fort détaillée de l’installation des Francs dans le Péloponnèse.

Philippe de Souabe (1178-1208):

Roi d’Allemagne de 1198 à 1208. Son rôle dans la quatrième croisade est minime, si ce n’est qu’il hébergea son neveu, Alexis IV (Philippe avait épousé Irène, la soeur de l’Empereur Isaac II), suite à l’usurpation d’Alexis III. Il négocia très probablement avec Boniface de Montferrat, le dirigeant de la quatrième croisade, pour que l’expédition soit dirigée contre Constantinople et à l’avantage de son neveu.

Sainte-Sophie de Constantinople:

Église principale de Constantinople, construite par Justinien entre 532 et 537. Merveille du Moyen Âge, caractérisée par des voûtes, coupoles et une clarté typique de l’architecture byzantine. Ses richesses furent la proie des croisés, qui pillèrent l’église en 1204. Jusqu’à la construction de la Basilique Saint-Pierre de Rome, Sainte-Sophie possédait la plus vaste coupole suspendue dans le monde médiéval.

Saladin ou Salah al-Dîn Yusuf ibn Aiyub (1138 – 1193):

Premier sultan ayyubide, contrôlant notamment l’Égypte, Damas et Alep. Redouté par les Croisés en raison de son obstination à reprendre les terres conquises par les Chrétiens, Saladin parvint à reconquérir la ville de Jérusalem en 1187. Bien qu’une paix de compromis ait été signée entre Saladin et les États latins en 1192, la perte de Jérusalem porta Innocent III à déclarer la quatrième croisade, six années plus tard.

Thibaut de Champagne:

Comte de Champagne et dirigeant initial de la quatrième croisade, bien qu’il demeure incertain si celui-ci détenait cette charge de façon officielle ou non. Toutefois, Thibaut décéda en 1201 avant même le départ de l’expédition. Boniface de Montferrat fut par la suite élu dirigeant à sa place.

Varègue (Garde):

Garde personnelle de l’Empereur byzantin. Le terme varègue était attribué aux Peuples nordiques (entre autre les Vikings, mais également des Anglais et des Danois) qui composaient cette garde d’élite. Dès le XIe siècle et pendant près de deux siècles, la Garde varègue joua un rôle décisif dans l’histoire byzantine et était reconnue pour sa valeur au combat et sa loyauté face à l’empereur.

Venise:

Port italien situé dans le nord de la mer Adriatique, contrôlant une partie importante du commerce méditerranéen. Suite à plusieurs disputes avec l’Empire byzantin pour des raisons commerciales, dont l’expulsion des marchands vénitiens de Constantinople en 1171, les relations se dégradèrent au point où le doge Enrico Dandolo détourna la quatrième croisade vers Constantinople. Après 1204, Venise atteignit son apogée.

Villehardouin, Geoffroi de (v. 1150 – 1212/1218):

Maréchal de Champagne et historien français de la quatrième croisade. En raison de son rôle auprès des dirigeants de l’expédition et dans la conquête de Constantinople en 1204, Villehardouin nous offre un témoignage important des événements clés de la croisade. Bien que son récit présente un point de vue uniquement français et que certains aient accusé l’auteur de trop souvent chercher à justifier les actions des croisés, il demeure le plus sûr et le plus cohérent quant à la chronologie des faits et à l’exactitude de ses descriptions.

Zara (ou Zadar):

Port de la Dalmatie, sur la mer Adriatique. Dès 1186, Zara échappa au contrôle de Venise et tomba sous la domination du roi de Hongrie, Béla III. Lorsque les habitants de la ville refusèrent de reconnaître la suprématie du commerce vénitien, Enrico Dandolo persuada les dirigeants de la quatrième croisade de soumettre la ville en 1202.

Publié dans : L'ordre des Templiers |le 30 octobre, 2006 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 29 avril, 2009 à 16:55 romikna écrit:

    c.est super cela ma apri beaucoup car j avai un éxposé!!!!

Laisser un commentaire

Rackam |
Unité Dharma |
Thorgrime-le-rancunier |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mon Chemin
| l'Islam Vrai
| Blog de l'Aumônerie Secteur...