Archive pour le 8 octobre, 2006

Omne datum optimum

pikk012bigab.jpg« Nous vous exhortons de combattre avec ardeur les ennemis de la croix, et en signe de récompense, Nous vous permettons de garder pour vous tout le butin que vous aurez pris aux sarrasins sans que personne aie le droit de vous en réclamer une part. Et nous déclarons que votre maison, avec toutes ses possessions acquises par la libéralité des princes, demeure sous la protection et la tutelle du saint siège »

« Nous prohibons à toute personne d’exiger de vous des serments ou des hommages tels qu’ils se pratiquent parmi les gens du siècle. Nous défendons aussi à vos frères d’abandonner l’habit de votre maison ou de se rendre dans un autre ordre sans la permission du maître et du chapitre. Personne ne peut vous forcer à payer les dîmes, mais Nous vous confirmons la possession et la jouissance des dîmes qui vous auront été données avec l’assentiment des évêques. Afin que vous ayez la plénitude du salut et du soin de vos âmes, vous pouvez adjoindre à votre collège des clercs et des prêtres, pour la célébration des offices divins et pour donner le sacrement ecclésiastique. Vous pourrez les recevoir sans l’assentiment des évêques du diocèse, mais par l’autorité de la sainte église de Rome. Avant d’entrer dans votre maison, les clercs devront faire un an de probation et, s’ils se montrent des fauteurs de trouble ou seulement inutiles à la maison, vous pouvez les renvoyer et en choisir de meilleurs. Ils ne devront pas se mêler du gouvernement de votre maison, si ce n’est de l’assentiment du maître. Ils ont la charge du soin des âmes. Ils ne sont assujettis à personne, sinon au chapitre. Ils te doivent obéissance, cher fils robert, ainsi qu’à tes successeurs. En dehors des réserves que nous formulons au droit des évêques, en ce qui concerne les dîmes, les offrandes et les sépultures, nous vous concédons la faculté de construire des oratoires dans tous les lieux rattachés au temple, afin que vous et vos familiers puissiez entendre les offices et y être enterrés car il est mauvais pour votre conversion des mœurs, que les frères du temple, en allant à l’église se mêlent à la tourbe des pêcheurs et des fréquentateurs de femmes. »

Publié dans:L'ordre des Templiers |on 8 octobre, 2006 |Pas de commentaires »

Batailles des Croisades en Orient

templar.jpg

Batailles des Croisades en Orient

Batailles de la Croisade des Albigeois

Batailles des Croisades baltes

Batailles des Croisades balkaniques

Batailles des Croisades Hussites

Publié dans:L'ordre des Templiers |on 8 octobre, 2006 |Pas de commentaires »

Liste des principaux chefs croisés

templar-logo.gifPremière croisade (1097-1098)

croisés

religieux

croisades de secours (1101)

venus entre la première et la seconde croisade

Deuxième croisade (1147-1149)

croisés

barons de Terre-Sainte

venus entre la seconde et la troisième croisade

Troisième croisade (1189-1192)

croisés

barons de Terre-Sainte

partis avec la quatrième croisade (1204), mais arrivés en Terre-Sainte

venus entre la quatrième et la cinquième croisade

Quatrième croisade (1202-1204)

croisés

Cinquième croisade (1217-1221)

croisés

barons de Terre-Sainte

venus entre la cinquième et la sixième croisade

Sixième croisade (1228-1229)

croisés

barons de Terre-Sainte

venus entre la sixième et la septième croisade

Septième croisade (1248-1254)

croisés

religieux

barons de Terre-Sainte

venus entre la septième et la huitième croisade

  • 1269 : Robert de Crésèque, baron picard, chef d’un contingent français, sénéchal du royaume de Jérusalem († Acre 19 décembre 1269)

Huitième croisade (1270)

croisés

barons de Terre-Sainte

Neuvième croisade (1271)

croisés

  • La continuation de la huitième croisade ne peut être dénommée neuvième croisade alors qu’elle n’est que les soubresauts d’une petite armée qui avait tardé à rejoindre Louis IX. Edouard est un dur combattant certes mais autant dire seul avec pour seul espoir rejoindre Saint Jean d’Acre. Cette opération n’a reçut aucun aval des rois, elle n’est menée que par le fils du roi d’Angleterre.

venus après la Neuvième croisade

  • Octobre 1275 : Guillaume de Roussillon seigneur d’Annonay et autre places, chef du contingent français en Terre Sainte envoyé avec une ordonnance de Philippe III le Hardi et l’assentiment du Pape Grégoire X après le concile de Lyon de 1274. A disparu mystérieusement (assassinat) en 1277 suite à un coup d’état sur Saint Jean d’Acre d’une flotte sicilienne envoyée par Charles d’Anjou en mai 1277 et dirigée par le Comte Roger de San Severino.
Publié dans:L'ordre des Templiers |on 8 octobre, 2006 |2 Commentaires »

L’appel à la croisade du pape Urbain II

croisee.jpg

L’appel à la croisade du pape Urbain II

L'appel à la croisade du pape Urbain II dans L'ordre des Templiers cale
  fdhaut dans L'ordre des Templiers
 
      Le 27 novembre 1095, à l’issue du concile de Clermont, le pape s’adresse aux évêques, pour demander d’aller au secours des chrétiens orientaux. Cet appel a été retranscrit, plusieurs années après, par Foucher de Chartres, sans doute témoin de l’homélie (allocution sur des matières religieuses).
Présent en Terre sainte en 1096, ce dernier est devenu le chapelain de Baudouin de Boulogne avant de mourir à Jérusalem en 1127. De 1100 à 1127, il a rédigé un récit de la première croisade, Historia Hierosolymitana, pour inciter les chevaliers occidentaux à se croiser. La croisade est conçue comme un pèlerinage pénitentiel pour racheter les chrétiens désunis, mais aussi comme un moyen de détourner la violence des chevaliers vers une lutte contre les « païens »
       
   
Ô fils de Dieu ! Après avoir promis à Dieu de maintenir la paix dans votre pays et d’aider fidèlement l’Église à conserver ses droits, et en tenant cette promesse plus vigoureusement que d’ordinaire, vous qui venez de profiter de la correction que Dieu vous envoie, vous allez pouvoir recevoir votre récompense en appliquant votre vaillance à une autre tâche. C’est une affaire qui concerne Dieu et qui vous regarde vous-mêmes, et qui s’est révélée tout récemment 
1. Il importe que, sans tarder, vous vous portiez au secours de vos frères qui habitent les pays d’Orient et qui déjà bien souvent ont réclamé votre aide.
En effet, comme la plupart d’entre vous le savent déjà, un peuple venu de Perse, les Turcs, a envahi leur pays. Ils se sont avancés jusqu’à la mer Méditerranée et plus précisément jusqu’à ce qu’on appelle le Bras Saint-Georges 2. Dans le pays de Romanie 3, ils s’étendent continuellement au détriment des terres des chrétiens, après avoir vaincu ceux-ci à sept reprises en leur faisant la guerre. Beaucoup sont tombés sous leurs coups ; beaucoup ont été réduits en esclavage. Ces Turcs détruisent les églises ; ils saccagent le royaume de Dieu.
Si vous demeuriez encore quelque temps sans rien faire, les fidèles de Dieu seraient encore plus largement victimes de cette invasion. Aussi je vous exhorte et je vous supplie – et ce n’est pas moi qui vous y exhorte, c’est le Seigneur lui-même – vous, les hérauts du Christ 4, à persuader à tous, à quelque classe de la société qu’ils appartiennent, chevaliers ou piétons, riches ou pauvres, par vos fréquentes prédications, de se rendre à temps au secours des chrétiens et de repousser ce peuple néfaste loin de nos territoires. Je le dis à ceux qui sont ici, je le mande à ceux qui sont absents : le Christ l’ordonne.
À tous ceux qui y partiront et qui mourront en route, que ce soit sur terre ou sur mer, ou qui perdront la vie en combattant les païens, la rémission de leurs péchés sera accordée. Et je l’accorde à ceux qui participeront à ce voyage, en vertu de l’autorité que je tiens de Dieu.
Quelle honte, si un peuple aussi méprisé, aussi dégradé, esclave des démons, l’emportait sur la nation qui s’adonne au culte de Dieu et qui s’honore du nom de chrétienne ! Quels reproches le Seigneur Lui-même vous adresserait si vous ne trouviez pas d’hommes qui soient dignes, comme vous, du nom de chrétiens !
Qu’ils aillent donc au combat contre les Infidèles – un combat qui vaut d’être engagé et qui mérite de s’achever en victoire –, ceux-là qui jusqu’ici s’adonnaient à des guerres privées et abusives, au grand dam des fidèles ! Qu’ils soient désormais des chevaliers du Christ, ceux-là qui n’étaient que des brigands ! Qu’ils luttent maintenant, à bon droit, contre les barbares, ceux-là qui se battaient contre leurs frères et leurs parents ! Ce sont les récompenses éternelles qu’ils vont gagner, ceux qui se faisaient mercenaires pour quelques misérables sous. Ils travailleront pour un double honneur, ceux-là qui se fatiguaient au détriment de leur corps et de leur âme. Ils étaient ici tristes et pauvres ; ils seront là-bas joyeux et riches. Ici, ils étaient les ennemis du Seigneur ; là-bas, ils seront ses amis !

Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana,
dans Recueil des historiens des croisades, historiens occidentaux.
Cité par M. Balard, A. Demurger, P. Guichard dans Pays d’Islam et monde latin Xe-XIIIe siècles. Hachette, Paris, 2000. . Hachette, Paris, 2000.

      Notes
ptvert
     

  1. Allusion possible à la venue d’une ambassade byzantine au concile de Plaisance en mars 1095.
  2. Le Bosphore.
  3. L’Empire byzantin en tant que seul héritier de l’Empire romain.
  4. Le pape s’adresse aux évêques.

Publié dans:L'ordre des Templiers |on 8 octobre, 2006 |1 Commentaire »